Marc 14:17-42

(Mt 26.20-25; Lc 22.14; Jn 13.21-30)

Le soir, Jésus arriva avec les Douze. Pendant qu’ils étaient à table et qu’ils mangeaient, il leur dit: Vraiment, je vous l’assure: l’un de vous, qui mange avec moi, me trahira.

A ces mots, ils devinrent tout tristes, et, l’un après l’autre, ils lui dirent: Ce n’est pas moi, n’est-ce pas?

Alors il reprit: C’est l’un des Douze, un qui trempe son morceau dans le plat avec moi[a]. Certes, le Fils de l’homme s’en va conformément à ce que les Ecritures annoncent à son sujet. Mais malheur à celui qui le trahit! Il aurait mieux valu pour lui n’être jamais né!

(Mt 26.26-30; Lc 22.15-20; voir 1 Co 11.23-25)

Au cours du repas, Jésus prit du pain puis, après avoir prononcé la prière de reconnaissance, il le partagea en morceaux qu’il donna à ses disciples en disant: Prenez, ceci est mon corps.

Ensuite il prit une coupe, remercia Dieu et la leur donna. Ils en burent tous. Alors il leur dit: Ceci est mon sang, par lequel est scellée l’alliance: il va être versé pour beaucoup d’hommes. Vraiment, je vous le déclare: je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu’au jour où je boirai le vin nouveau dans le royaume de Dieu.

Après cela, ils chantèrent les psaumes de la Pâque. Ensuite, ils sortirent pour se rendre au mont des Oliviers.

Jésus annonce le reniement de Pierre

Jésus leur dit: Vous allez tous être ébranlés dans votre foi, car il est écrit:

Je frapperai le berger,
et les brebis seront dispersées[b] .

Mais, quand je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée.

Alors Pierre lui déclara: Même si tous les autres étaient ébranlés, moi, pas!

Jésus lui répondit: Vraiment, je te l’assure: aujourd’hui, oui, cette nuit même, avant que le coq ait chanté deux fois, tu m’auras renié trois fois.

Mais Pierre protesta avec véhémence: Même s’il me fallait mourir avec toi, je ne te renierai pas.

Et tous disaient la même chose.

Sur le mont des Oliviers

Ils arrivèrent en un lieu appelé Gethsémané. Jésus dit à ses disciples: Asseyez-vous ici pendant que je vais prier.

Il prit avec lui Pierre, Jacques et Jean. Il commença à être envahi par la crainte, et l’angoisse le saisit. Il leur dit: Je suis accablé de tristesse, à en mourir. Restez ici et veillez!

Il fit quelques pas, se laissa tomber à terre et pria Dieu que cette heure s’éloigne de lui, si c’était possible: Abba, Père, pour toi, tout est possible. Eloigne de moi cette coupe[c]; cependant, qu’il arrive non pas ce que moi, je veux, mais ce que toi, tu veux.

Il revint vers ses disciples et les trouva endormis.

Il dit à Pierre: Simon, tu dors? Tu n’as pas été capable de veiller une heure! Veillez et priez pour ne pas céder à la tentation[d]. L’esprit de l’homme est plein de bonne volonté, mais la nature humaine est bien faible.

Il s’éloigna de nouveau pour prier, en répétant les mêmes paroles. Puis il revint encore vers les disciples et les trouva de nouveau endormis, car ils avaient tellement sommeil qu’ils n’arrivaient pas à garder les yeux ouverts, et ils ne surent que lui répondre.

Lorsqu’il revint pour la troisième fois, il leur dit: Vous dormez encore et vous vous reposez[e]! C’en est fait! L’heure est venue. Le Fils de l’homme est livré entre les mains des pécheurs. Levez-vous et allons-y. Car celui qui me trahit est là.


Footnotes
  1. 14.20 Chacun des convives trempait son morceau de pain dans le plat commun qui contenait la sauce.
  2. 14.27 Za 13.7 .
  3. 14.36 Voir 10.39 et note sur Mt 26.39. Autre traduction: la coupe du jugement.
  4. 14.38 Autre traduction: pour ne pas entrer en tentation.
  5. 14.41 Autre traduction: dormez maintenant et reposez-vous!

Read More of Marc 14