La Bible du Semeur

Psaumes 39

Face à la mort

1Au chef de chœur, à Yedoutoun[a]; psaume de David.

Je m’étais dit: «Je vais me surveiller
pour ne pas pécher en paroles.
Je serai comme bâillonné
aussi longtemps que des méchants se tiendront devant moi.»
Je me suis renfermé dans un complet silence,
sans prononcer une parole, tenu à l’écart du bonheur[b];
ma douleur s’est exaspérée.
Mon cœur brûlait dans ma poitrine,
mes pensées s’embrasaient en moi,
alors j’ai fini par parler:
«O Eternel, fais-moi savoir quand finira ma vie,
quel est le nombre de mes jours,
afin que je sache à quel point ma vie est éphémère.
Voici: mes jours sont limités, car tu leur as donné la largeur d’une main.
Oui, devant toi, la durée de ma vie n’est vraiment presque rien,
même s’il est debout, tout homme n’est qu’un souffle:
            Pause
il va, il vient, ce n’est qu’une ombre.
Son agitation, c’est du vent,
et les biens qu’il amasse, sait-il qui les recueillera?
Dès lors, Seigneur, que puis-je attendre?
Mon espérance est toute en toi,
de tous mes péchés, sauve-moi!
Ne permets pas aux insensés de m’exposer au déshonneur!
10 Voici: je veux rester muet, ne plus ouvrir la bouche,
car c’est toi qui agis.
11 Détourne donc de moi tes coups,
car je succombe sous les attaques de ta main.
12 Pour corriger les hommes, tu les punis de leurs péchés,
et tu détruis comme une teigne ce qu’ils ont de plus cher.
Tout homme n’est qu’un souffle.
            Pause
13 O Eternel, écoute ma prière et sois attentif à mon cri!
Ne reste pas sourd à mes pleurs,
car je ne suis, chez toi, qu’un étranger,
qu’un hôte temporaire, tout comme mes ancêtres.
14 Détourne de moi ton regard pour que je puisse respirer
avant que je m’en aille et que je ne sois plus.»

Notas al pie

  1. 39.1 L’un des trois chefs de chœur de David (1 Ch 16.41-42; 25.1, 3, 6; 2 Ch 5.12; 35.15). Il est aussi nommé aux Ps 62, 77 et 89.
  2. 39.3 Autre traduction: je n’ai même pas prononcé une bonne parole.

Nkwa Asem

Nnwom 39

Ɔmanehunufo bɔneka

1Mekae se, “Nea meyɛ biara, mɛhwɛ yiye na meremma me tɛkrɛma nyɛ bɔne; sɛ ɔdebɔneyɛfo bɛn me a, merenka hwee.” Meyɛɛ komm. Manka asɛm baako po; manka biribi a ɛfa ade pa ho. Nanso m’amanehunu kɔɔ so ara maa ahopere hyɛɛ me so. Migu so redwen no, na me haw mu remia. Mantumi antena a mimmisa se, “Awurade, mɛtena ase nna ahe? Da bɛn na mewu? Kyerɛ me bere a me nkwa bɛba awiei.” Wɔatew me nkwa nna so! W’ani so de, me nkwa nna nka hwee. Nokware, ɔteasefo biara nsen mframa mu tutuw; ɔnsen sunsumma. Nea ɔyɛ biara yɛ ɔkwa; ɔboa ahonya ano nanso onnim nea ɛbɛyɛ ne de. Afei ɛdɛn na memfa me ho nto so, Awurade? Mede me ho to wo so.

Gye me fi me bɔne nyinaa mu. Na mma agyimifo nserew me.

Mɛyɛ komm. Merenka asɛm baako po efisɛ, wo na woma mihu amane saa.

10 Ntwe m’aso bio. Mereyɛ awu wɔ wo nsa ano. 11 Wode animka na ɛtwe onipa bɔne aso te sɛ afofantɔ sɛe nea ɔpɛ. Nokware, afei onipa nte sɛ mframa mu tutuw bio.

12 Tie me mpaebɔ, Awurade, na tie me sufrɛ; na sɛ misu frɛ wo a, bɛboa me. Meyɛ wo hɔho mmere tiaa bi sɛ yɛn nenanom pɛ.

13 Gyaa me na minnya ahotɔ ansa na mafi ha a mente ase bio.