La Bible du Semeur

Psaumes 102

Prière d’un malheureux

1Prière d’une personne dans l’affliction qui se sent défaillir et qui expose sa plainte devant l’Eternel[a].

O Eternel, écoute ma prière
et que mon appel au secours parvienne jusqu’à toi!
Ne te détourne pas de moi en ce jour où je suis dans la détresse,
tends vers moi ton oreille au jour où je t’appelle.
Hâte-toi de répondre!
Comme une fumée, mes jours passent.
J’ai comme un brasier dans les os.
Mon cœur est brisé, desséché, comme l’herbe fauchée.
J’en oublie de manger ma nourriture.
A force de gémir,
je n’ai que la peau sur les os.
Je suis devenu comparable à la corneille du désert,
je suis pareil au chat-huant qui hante les lieux désolés.
Je reste privé de sommeil,
je ressemble à un oisillon resté seul sur un toit.
Mes ennemis ne cessent de m’insulter,
ils se moquent de moi et maudissent les gens en leur souhaitant mon sort.
10 Je me nourris de cendre au lieu de pain,
et ma boisson est mêlée de mes larmes[b].
11 Dans ton indignation et ta colère,
tu m’as saisi, et m’as jeté au loin[c].
12 Tout comme l’ombre[d] qui s’étire, mes jours déclinent
Et moi, je me dessèche comme l’herbe.

13 Mais toi, tu sièges pour toujours, ô Eternel,
et tu interviendras[e] tout au long des générations.
14 Oui, tu te lèveras, et de Sion tu auras compassion!
L’heure est là de lui faire grâce,
le moment est venu:
15 tes serviteurs ont ses pierres en affection,
ils restent attachés à cette ville réduite en poussière[f].

16 Alors les autres peuples craindront l’Eternel,
tous les rois de la terre reconnaîtront sa gloire.
17 L’Eternel rebâtit Sion
pour y paraître dans sa gloire.
18 Il a égard à la prière de ceux qui sont dépossédés,
il ne méprisera pas leur requête.
19 Que cela soit mis par écrit pour la génération future,
et le peuple qui sera créé louera Eternel.
20 Du haut de sa demeure sainte, l’Eternel s’est penché vers nous.
Du ciel, il regarde la terre,
21 et il entend les plaintes des captifs;
et il rendra la liberté aux condamnés à mort,
22 pour que l’on publie en Sion la renommée de l’Eternel,
sa louange à Jérusalem,
23 quand se rassembleront les peuples
et les royaumes tous ensemble, afin d’adorer l’Eternel.

24 Il a réduit ma force au milieu de ma course,
et abrégé mes jours;
25 c’est pourquoi je m’écrie: «Mon Dieu, ne me fais pas mourir au milieu de mes jours,
toi qui subsistes d’âge en âge!
26 Tu as jadis fondé la terre,
le ciel est l’œuvre de tes mains.
27 Ils périront, mais tu subsisteras;
tous s’useront comme un habit;
comme on remplace un vêtement, tu les remplaceras et ils disparaîtront.
28 Mais toi, tu es toujours le même,
tes années ne finiront pas[g].
29 Les enfants de tes serviteurs auront une demeure;
sous ton regard, leur descendance sera fermement établie.»

Notas al pie

  1. 102.1 Le titre de ce psaume est unique en ce qu’il indique la circonstance de la composition mais non l’auteur du psaume.
  2. 102.10 Voir 42.4; 80.6.
  3. 102.11 Comme un tourbillon saisit des feuilles et les jette au loin.
  4. 102.12 Une ombre qui s’allonge le soir: allusion au soir de la vie.
  5. 102.13 Ou: ton culte persistera. Litt. souvenir …
  6. 102.15 Il s’agit des ruines de Jérusalem.
  7. 102.28 Les v. 26-28 sont cités en Hé 1.10-12.

The Message

Psalm 102

A Prayer of One Whose Life Is Falling to Pieces, and Who Lets God Know Just How Bad It Is

11-2 God, listen! Listen to my prayer,
    listen to the pain in my cries.
Don’t turn your back on me
    just when I need you so desperately.
Pay attention! This is a cry for help!
    And hurry—this can’t wait!

3-11 I’m wasting away to nothing,
    I’m burning up with fever.
I’m a ghost of my former self,
    half-consumed already by terminal illness.
My jaws ache from gritting my teeth;
    I’m nothing but skin and bones.
I’m like a buzzard in the desert,
    a crow perched on the rubble.
Insomniac, I twitter away,
    mournful as a sparrow in the gutter.
All day long my enemies taunt me,
    while others just curse.
They bring in meals—casseroles of ashes!
    I draw drink from a barrel of my tears.
And all because of your furious anger;
    you swept me up and threw me out.
There’s nothing left of me—
    a withered weed, swept clean from the path.

12-17 Yet you, God, are sovereign still,
    always and ever sovereign.
You’ll get up from your throne and help Zion—
    it’s time for compassionate help.
Oh, how your servants love this city’s rubble
    and weep with compassion over its dust!
The godless nations will sit up and take notice
    —see your glory, worship your name—
When God rebuilds Zion,
    when he shows up in all his glory,
When he attends to the prayer of the wretched.
    He won’t dismiss their prayer.

18-22 Write this down for the next generation
    so people not yet born will praise God:
God looked out from his high holy place;
    from heaven he surveyed the earth.
He listened to the groans of the doomed,
    he opened the doors of their death cells.”
Write it so the story can be told in Zion,
    so God’s praise will be sung in Jerusalem’s streets
And wherever people gather together
    along with their rulers to worship him.

23-28 God sovereignly brought me to my knees,
    he cut me down in my prime.
“Oh, don’t,” I prayed, “please don’t let me die.
    You have more years than you know what to do with!
You laid earth’s foundations a long time ago,
    and handcrafted the very heavens;
You’ll still be around when they’re long gone,
    threadbare and discarded like an old suit of clothes.
You’ll throw them away like a worn-out coat,
    but year after year you’re as good as new.
Your servants’ children will have a good place to live
    and their children will be at home with you.”