O Livro

Ezequiel 19

Lamentação pelos chefes de Israel

1Dirige esta lamentação aos chefes de Israel:

2/4 Que tipo de mulher foi a vossa mãe? Foi como uma leoa! Os seus filhos eram como leõzinhos! Um desses cachorrinhos tornou-se um forte leão, aprendeu a lançar-se sobre a presa, fez-se um devorador de gente. Então as nações fizeram apelo a caçadores, que o apanharam e o fizeram cair numa cova armadilhada, trazendo-o depois em cadeias para o Egipto.

5/6 Quando Israel, a mãe do leão, se deu conta de que todas as esperanças que tinha posto nele se esfumavam, pegou noutro dos seus cachorrinhos e ensinou-o a ser um verdadeiro rei de feras. Tornou-se assim num chefe entre os leões, aprendeu a capturar as presas, e também ele ficou sendo um autêntico devorador de gente.

7/9 Demoliu os grandes palácios das nações circunvizinhas, arruinou-lhes as cidades, desolou-lhes as plantações, devastou searas. Não havia ninguém que não tremesse de terror ao ouvi-lo rugir. Foi então que os exércitos desses povos à volta o cercaram, lhe armaram uma cilada e o apanharam numa cova. Fizeram-no entrar numa jaula e levaram-no à presença do rei de Babilónia. Assim, no cativeiro, a sua voz nunca mais ecoaria através das montanhas de Israel.

10/11 A vossa mãe foi também como uma videira à beira dum rego de água; a sua rama aumentou, deu abundante fruto, por causa de toda aquela água. O ramo mais desenvolvido dessa videira tornou-se num ceptro de governante, forte e temível, elevando-se distintamente acima dos outros, visível à distância.

12/14 No entanto essa videira foi arrancada com fúria e lançada por terra. Seus ramos foram quebrados e secaram com a ajuda dum forte vento oriental. O fruto foi todo queimado com fogo. Essa videira agora está plantada num deserto, numa terra árida, seca. É mesmo de dentro que a secura lhe vem; não há um só ramo que consiga vingar.

O cumprimento desta triste profecia já começou e vai com toda a certeza continuar.

La Bible du Semeur

Ézéchiel 19

La complainte sur les princes d’Israël

1Et toi, entonne une complainte sur les princes d’Israël, et dis:

«Ah! Quelle lionne[a] était ta mère,
parmi les lions!
Elle était étendue au milieu des lionceaux
et elle élevait ses petits.
La lionne donna la prééminence à l’un d’entre eux.
Il devint un jeune lion[b]
et il apprit à déchirer sa proie;
il dévora des hommes.
Des peuples étrangers ont entendu parler de lui,
il fut pris dans leur fosse
et on l’emmena en Egypte,
avec des crochets aux narines.

Quand la lionne se rendit compte
que son attente était déçue
et qu’il n’y avait plus d’espoir,
elle prit un autre de ses lionceaux
et elle en fit un jeune lion[c].
Il se mit à rôder avec les autres lions,
il devint un jeune lion
et il apprit à déchirer sa proie;
il dévora des hommes.
Il ruina leurs palais[d]
et détruisit leurs villes,
le pays tout entier et tous ses habitants furent terrorisés
à son rugissement.
Cependant les nations des pays d’alentour
s’opposèrent à lui,
elles tendirent leurs filets sur lui:
il fut pris dans leur fosse.
Puis on le mit en cage, des crochets aux narines,
et on le conduisit au roi de Babylone,
et on l’emprisonna dans une forteresse
pour qu’on n’entende plus tous ses rugissements
sur les monts d’Israël.

La complainte de la vigne

10 Ta mère ressemblait à une vigne[e]
plantée au bord de l’eau.
Elle donnait du fruit et poussait du feuillage,
grâce à l’eau abondante.

11 Il lui poussa des branches qui étaient vigoureuses
et devinrent des sceptres de souverains.
Sa taille s’éleva entre l’épais feuillage,
elle frappait la vue par sa grandeur
et ses nombreux sarments.
12 Mais elle a été arrachée avec fureur,
on l’a jetée par terre.
Le vent d’orient[f] a desséché ses fruits qui sont tombés,
ses rameaux vigoureux se sont flétris,
le feu les a brûlés.
13 La voici maintenant transplantée au désert
dans une terre aride, sur un sol desséché.
14 Un feu a jailli de ses branches,
a dévoré ses sarments et ses fruits.
Il ne lui reste plus de rameaux vigoureux:
plus de sceptre royal,
c’est là une complainte, à chanter comme telle.»

Footnotes

  1. 19.2 La lionne peut représenter la dynastie royale, ou bien Juda (voir Gn 49.9), ou encore Jérusalem.
  2. 19.3 Le jeune lion représente Yoahaz, emmené en Egypte par le pharaon Néko (v. 4; 2 R 23.31-34).
  3. 19.5 L’autre lionceau représente soit Yehoyakîn soit Sédécias qui furent tous deux déportés à Babylone (v. 9; voir 2 R 24.15; 25.7).
  4. 19.7 D’après le targoum. Le texte hébreu traditionnel a: il coucha avec ses veuves.
  5. 19.10 Le texte hébreu traditionnel a: était comme une vigne dans ton sang, peut-être «dans sa sève». Deux manuscrits hébreux ont: était comme une vigne de ton vignoble. Pour l’image de la vigne, voir 15.2 et note.
  6. 19.12 vent d’orient : comme en 17.10, Nabuchodonosor et ses armées.