La Bible du Semeur

Michée 2

Contre les accapareurs

1Malheur à ceux qui méditent le mal

et trament des méfaits alors qu’ils sont couchés.
Au point du jour, ils vont les accomplir
en profitant de leur pouvoir.
Ils convoitent des champs, ils s’en emparent,
des maisons, et ils s’en saisissent.
Ils oppriment les gens,
les dépouillant de leurs habitations et de leurs terres.
C’est pourquoi l’Eternel déclare:
Contre cette nation je projette un malheur:
il sera comme un joug dont vous ne pourrez plus vous dégager le cou.
Vous ne marcherez plus la tête haute,
car ce temps qui arrive est un temps de malheur.

En ce jour-là, on vous citera en exemple dans les proverbes.
On chantera sur vous une lamentation.
On dira: «C’en est fait, nous sommes dévastés, totalement détruits;
il fait passer à d’autres la propriété de mon peuple.
Hélas, il me l’enlève
pour donner aux rebelles nos terres en partage.»

Voilà pourquoi vous n’aurez plus personne
dans l’assemblée de l’Eternel
pour vous distribuer votre part du pays.

Contre les prophètes de la facilité

Voilà quelles paroles débitent tous ces faux prophètes: «Cessez donc de débiter des paroles[a]
Cela ne détournera pas l’outrage pour autant[b]!

Cependant, que dit-on
parmi le peuple de Jacob?
«L’Eternel aurait-il perdu patience,
est-ce bien là sa manière d’agir?»

Certes, pour ceux dont la conduite est droite,
mes paroles sont bienveillantes[c].
Mais hier encore, on a traité mon peuple en ennemi[d].
Vous ôtez le manteau de dessus la tunique
à ceux qui, sans défiance, passent auprès de vous
au retour du combat.
Vous expulsez des maisons qu’elles aiment,
les femmes de mon peuple;
à leurs enfants vous ôtez pour toujours
le glorieux patrimoine que je leur ai donné[e].
10 Debout! Allez-vous-en!
Car ce pays n’est plus un lieu paisible
parce qu’il est souillé,
et il sera la cause
d’une terrible destruction[f];
la douleur en sera extrême.
11 Car si un homme vient qui court après le vent,
qui profère des mensonges et qui dit:
«Pour toi je vais débiter des paroles[g],
distiller du bon vin[h], des boissons enivrantes»,
cet homme-là devient le distillateur de paroles pour tout ce peuple!

Le Dieu qui rassemble

12 Descendants de Jacob, je vous rassemblerai, oui, Jacob tout entier,
et je vais réunir les restes d’Israël,
je les ferai venir ensemble tels des moutons dans un enclos[i].
Et ils seront comme un troupeau au milieu de son pâturage:
on entendra le bruit d’une foule humaine en tumulte[j].
13 Celui qui fait la brèche marchera devant eux.
Ils se presseront par la brèche,
ils franchiront la porte et sortiront par elle.
Leur Roi marchera devant eux,
l’Eternel sera à leur tête.

  1. 2.6 Le verbe hébreu signifie couler, distiller, d’où le sens figuré de distiller ou débiter des paroles.
  2. 2.6 Il s’agit de la réponse de Michée aux réactions indignées des faux prophètes à sa prédication. Autre traduction, en mettant la fin du v. 6 dans la bouche des faux prophètes: Cessez donc de débiter des paroles pour dire: «Certainement, l’outrage ne vous sera pas épargné.»
  3. 2.7 Il s’agit, ici et dans les versets qui suivent, de la réponse de l’Eternel. L’ancienne version grecque, suivie par plusieurs, ajoute: ses paroles et met ces mots dans la bouche du peuple de Jacob, d’où la traduction: est-ce bien là sa manière d’agir? Ses paroles ne sont-elles pas bienveillantes pour ceux dont la conduite est pleine de droiture?
  4. 2.8 on a traité … en ennemi : texte peu clair. Autres traductions: Hier, mon peuple se dressait contre un ennemi (l’ennemi étant l’Eternel), ou, en modifiant légèrement le texte hébreu traditionnel: vous vous dressez en ennemi de mon peuple.
  5. 2.9 Autre traduction: la gloire d’être à moi.
  6. 2.10 Voir Lv 18.25, 28.
  7. 2.11 Voir 2.6 et note.
  8. 2.11 Autre traduction: pour du bon vin. Soit les paroles agréables distillées par les faux prophètes sont comparées à du bon vin, soit les faux prophètes distillent de telles paroles pour être payés en retour par du bon vin de la part de leurs auditeurs.
  9. 2.12 dans un enclos. Sens obtenu en modifiant très légèrement le texte hébreu traditionnel qui porte: de Botsra.
  10. 2.12 Voir v. 12-13: c’est certainement à ce passage qui unit l’image du berger et de la porte que Jésus fait avant tout allusion en Jn 10 (voir Jn 10.1, 11).