La Bible du Semeur

Luc 22:1-71

À Jérusalem : mort et résurrection de Jésus

La trahison

(Mt 26.1-5, 14-16 ; Mc 14.1-2, 10-11 ; Jn 11.47-53)

1On était à quelques jours de la fête « des Pains sans levain », appelée la Pâque. 2Les chefs des prêtres et les spécialistes de la Loi cherchaient un moyen de supprimer Jésus, mais ils avaient peur de la réaction du peuple.

3C’est alors que Satan entra dans le cœur de Judas surnommé l’Iscariot, l’un des Douze. 4Judas alla trouver les chefs des prêtres et les officiers de la garde du Temple22.4 Il s’agit des gardes chargés de la police du Temple (voir v. 52). pour s’entendre avec eux sur la manière dont il leur livrerait Jésus. 5Ils en furent tout réjouis et convinrent de lui donner de l’argent. 6Il accepta et, dès lors, il chercha une occasion favorable pour leur livrer Jésus à l’insu de la foule.

Jésus célèbre la Pâque avec ses disciples

(Mt 26.17-19 ; Mc 14.12-16)

7Le jour de la fête des Pains sans levain, où l’on devait tuer l’agneau de la Pâque, arriva. 8Jésus envoya Pierre et Jean en leur disant : Allez nous préparer le repas de la Pâque.

9– Où veux-tu que nous le préparions ? lui demandèrent-ils.

10– Eh bien, quand vous entrerez dans la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau. Suivez-le jusqu’à la maison où il entrera. 11Et voici comment vous parlerez au maître de maison : « Le Maître te fait dire : Où est la pièce où je prendrai le repas de la Pâque avec mes disciples ? » 12Alors il vous montrera, à l’étage supérieur, une grande pièce aménagée ; c’est là que vous ferez les préparatifs.

13Ils partirent donc, trouvèrent tout comme Jésus le leur avait dit et préparèrent le repas de la Pâque.

(Mt 26.26-29 ; Mc 14.22-25 ; voir 1 Co 11.23-25)

14Quand ce fut l’heure, Jésus se mit à table, avec les apôtres. 15Il leur dit : J’ai vivement désiré célébrer cette Pâque avec vous avant de souffrir. 16En effet, je vous le déclare, je ne la mangerai plus jusqu’au jour où tout ce qu’elle signifie sera accompli dans le royaume de Dieu.

17Puis il prit une coupe, prononça la prière de reconnaissance et dit : Prenez cette coupe et partagez-la entre vous, 18car, je vous le déclare : dorénavant, je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu’à ce que le royaume de Dieu vienne.

19Ensuite il prit du pain, remercia Dieu, le partagea en morceaux qu’il leur donna en disant : Ceci est mon corps [qui est donné pour vous. Faites cela en souvenir de moi.

20Après le repas, il fit de même pour la coupe, en disant : Ceci est la coupe de la nouvelle alliance conclue par mon sang qui va être versé pour vous …22.20 Les mots entre crochets sont absents de certains manuscrits.].

(Mt 26.20-25 ; Mc 14.17-21)

21D’ailleurs, voici, celui qui va me trahir est ici, à table avec moi. 22Certes, le Fils de l’homme s’en va selon ce que Dieu a décidé, mais malheur à l’homme par qui il est trahi !

23Alors les disciples se demandèrent les uns aux autres lequel d’entre eux allait faire cela.

Grandeur et service

(Mt 20.25-28 ; Mc 10.42-45)

24Les disciples eurent une vive discussion : il s’agissait de savoir lequel d’entre eux devait être considéré comme le plus grand.

25Jésus intervint : Les rois des nations, dit-il, dominent leurs peuples, et ceux qui exercent l’autorité sur elles se font appeler leurs « bienfaiteurs22.25 Le titre de bienfaiteur (grec : Evergète) était porté par divers rois de l’Antiquité. ». 26Il ne faut pas que vous agissiez ainsi. Au contraire, que le plus grand parmi vous soit comme le plus jeune, et que celui qui gouverne soit comme le serviteur. 27A votre avis, qui est le plus grand ? Celui qui est assis à table, ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui est assis à table ? Eh bien, moi, au milieu de vous, je suis comme le serviteur …

(Mt 19.28)

28Vous êtes restés fidèlement avec moi au cours de mes épreuves. 29C’est pourquoi, comme mon Père m’a donné le royaume, je vous le donne, à mon tour : 30vous mangerez et vous boirez à ma table, dans mon royaume, et vous siégerez sur des trônes pour gouverner les douze tribus d’Israël.

Jésus annonce le reniement de Pierre

(Mt 26.31-35 ; Mc 14.27-31 ; Jn 13.36-38)

31Simon, Simon ! fais attention : Satan vous a réclamés pour vous passer tous au crible, comme on secoue le blé pour le séparer de la bale. 32Mais moi, j’ai prié pour toi, pour que la foi ne vienne pas à te manquer. Et toi, le jour où tu seras revenu à moi, fortifie tes frères.

33– Seigneur, lui dit Simon, je suis prêt, s’il le faut, à aller en prison avec toi, ou même à mourir !

34– Pierre, reprit Jésus, je te l’assure : aujourd’hui même, avant que le coq chante, tu auras, par trois fois, nié de me connaître.

Sur le mont des Oliviers

35Puis, s’adressant à l’ensemble des disciples, il continua : Quand je vous ai envoyés sans bourse, ni sac de voyage, ni sandales, avez-vous manqué de quoi que ce soit ?

– De rien, dirent-ils.

36– Eh bien maintenant, poursuivit-il, si vous avez une bourse, prenez-la ; de même, si vous avez un sac, prenez-le, et si vous n’avez pas d’épée, vendez votre manteau pour en acheter une. 37Car il est écrit : Il a été mis au nombre des criminels22.37 Es 53.12., et cette parole doit s’accomplir pour moi. Car tout ce qui a été écrit de moi va s’accomplir.

38– Seigneur, lui dirent-ils, voilà justement deux épées.

– Cela suffit ! leur répondit-il.

(Mt 26.36-45 ; Mc 14.32-41)

39Alors il sortit et se dirigea, comme d’habitude, vers le mont des Oliviers. Ses disciples s’y rendirent aussi avec lui. 40Quand il fut arrivé, il leur dit : Priez pour ne pas céder à la tentation22.40 Autre traduction : pour ne pas entrer en tentation..

41Puis il se retira à la distance d’un jet de pierre, se mit à genoux et pria ainsi : 42O Père, si tu le veux, écarte de moi cette coupe22.42 Voir note Mt 26.39. ! Toutefois, que ta volonté soit faite, et non la mienne.

[43Un ange venu du ciel lui apparut et le fortifia. 44L’angoisse le saisit, sa prière se fit de plus en plus pressante, sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient à terre22.44 Les mots entre crochets sont absents de certains manuscrits..]

45Après avoir ainsi prié, il se releva et s’approcha de ses disciples. Il les trouva endormis, tant ils étaient accablés de tristesse.

46– Pourquoi dormez-vous ? leur dit-il. Debout ! Et priez pour ne pas céder à la tentation22.46 Voir 22.40 et note..

L’arrestation de Jésus

(Mt 26.47-55 ; Mc 14.43-49 ; Jn 18.2-11)

47Il n’avait pas fini de parler, quand toute une troupe surgit. A sa tête marchait le nommé Judas, l’un des Douze. Il s’approcha de Jésus pour l’embrasser. 48Mais Jésus lui dit : Judas, c’est par un baiser que tu trahis le Fils de l’homme !

49En voyant ce qui allait se passer, les compagnons de Jésus lui demandèrent : Maître, devons-nous frapper avec nos épées ?

50Et, immédiatement, l’un d’eux frappa le serviteur du grand-prêtre et lui emporta l’oreille droite. 51Mais Jésus les retint en disant : Laissez faire, même ceci22.51 Autre traduction : laissez, tenez-vous-en là. !

Puis il toucha l’oreille du blessé et le guérit. 52Il se tourna ensuite vers les chefs des prêtres, les chefs des gardes du Temple et les responsables du peuple qui avaient accompagné cette troupe pour le prendre.

– Me prenez-vous pour un bandit pour que vous soyez venus avec épées et gourdins ? 53J’étais chaque jour avec vous dans la cour du Temple, et personne n’a mis la main sur moi ; mais maintenant c’est votre heure et les ténèbres vont exercer leur pouvoir.

Pierre renie son Maître

(Mt 26.57-58 ; Mc 14.53-54 ; Jn 18.15-16)

54Alors ils se saisirent de lui et le conduisirent dans le palais du grand-prêtre. Pierre suivait à distance. 55Au milieu de la cour, on avait allumé un feu et les gens étaient assis autour. Pierre s’assit au milieu du groupe.

(Mt 26.69-75 ; Mc 14.66-72 ; Jn 18.17-18, 25-27)

56Une servante, en le voyant là près du feu, l’observa à la clarté de la flamme et dit : En voilà un qui était aussi avec lui.

57Mais Pierre le nia en disant : Mais non, je ne connais pas cet homme.

58Peu après, quelqu’un d’autre, en apercevant Pierre, l’interpella : Toi aussi, tu fais partie de ces gens !

– Mais non, déclara Pierre, je n’en suis pas !

59Environ une heure plus tard, un autre encore soutint avec insistance : C’est sûr, cet homme-là était aussi avec lui ! D’ailleurs, c’est un Galiléen !

60– Mais non, je ne sais pas ce que tu veux dire, s’écria Pierre.

Au même instant, alors qu’il était encore en train de parler, le coq se mit à chanter. 61Le Seigneur se retourna et posa son regard sur Pierre. Alors Pierre se souvint de ce que le Seigneur lui avait dit : « Avant que le coq chante aujourd’hui, tu m’auras renié trois fois ! » 62Il se glissa dehors et se mit à pleurer amèrement.

(Mt 26.67-68 ; Mc 14.65)

63Les hommes qui gardaient Jésus se moquaient de lui et le frappaient. 64Ils lui couvraient le visage et criaient : Hé ! Fais le prophète ! Dis-nous qui te frappe !

65Et ils l’accablaient d’injures.

Jésus devant le Grand-Conseil

(Mt 26.59-65 ; 27.1 ; Mc 14.55-64 ; 15.1 ; Jn 18.19-24)

66Dès le point du jour, les responsables du peuple, les chefs des prêtres et les spécialistes de la Loi se réunirent et firent amener Jésus devant leur Grand-Conseil. 67L’interrogatoire commença : Si tu es le Messie, déclare-le-nous.

Jésus leur dit : Si je vous réponds, vous ne croirez pas, 68et si je vous pose des questions, vous ne me répondrez pas. 69Mais à partir de maintenant, le Fils de l’homme siégera à la droite du Dieu tout-puissant22.69 Ps 110.1 ; Dn 7.13..

70Alors ils se mirent à crier tous ensemble : Tu es donc le Fils de Dieu !

– Vous dites vous-mêmes que je le suis, répondit Jésus.

71Là-dessus ils s’écrièrent : Qu’avons-nous encore besoin de témoignages ? Nous venons de l’entendre nous-mêmes de sa bouche.