La Bible du Semeur

Job 3:1-26

Discours de Job et de ses trois amis

Job maudit le jour de sa naissance

1Après cela, Job prit la parole et se mit à maudire le jour de sa naissance3.1 Voir Jr 20.14-18.. 2Il parla en ces termes :

3Que périsse le jour |où je fus enfanté

et la nuit qui a dit : |« Un garçon est conçu ! »

4Ce jour, |qu’il se change en ténèbres,

que Dieu là-haut |ne s’en occupe plus,

oui, que nulle clarté |ne rayonne sur lui !

5Qu’une profonde obscurité, |et d’épaisses ténèbres, |le réclament pour elles !

Que des nuées pèsent sur lui,

que des éclipses de soleil3.5 éclipses de soleil : selon une légère variante d’orthographe. Objet de terreur, souvent mauvais présage. D’autres traduisent : sombres événements, ténèbres. |le chargent d’épouvante !

6Oh ! que l’obscurité |saisisse cette nuit,

qu’elle n’ait pas sa place |au milieu des jours de l’année

et qu’elle n’entre point |dans le compte des mois !

7Que cette nuit-là soit stérile

et que nul cri de joie |n’y résonne jamais.

8Oui, que cette nuit-là |fasse l’objet d’incantations |de ceux qui maudissent les jours

et savent réveiller |le grand monstre marin3.8 En 40.25 à 41.26, ce monstre marin (en hébreu : léviathan) sert à décrire le crocodile. Au Ps 74.14, il désigne l’Egypte, et en Es 27.1 l’ennemi de Dieu, la puissance maléfique qui se cache derrière le paganisme et qu’on retrouve dans les récits mythologiques du Moyen-Orient ancien. Ce monstre marin est aussi appelé Rahav en hébreu (note 9.13 ; Ps 89.11 ; Es 51.9) ou tannîn (Ps 74.13 ; Es 51.9). Job livre ainsi « sa » nuit à ceux qui possèdent les pouvoirs occultes les plus inquiétants. !

9Que les ténèbres masquent |ses astres du matin !

Oui, qu’elle attende en vain |la lumière du jour

et qu’elle ne voie pas |l’aurore s’éveiller,

10pour n’avoir pas fermé |le ventre maternel

et n’avoir pas caché |le malheur à mes yeux !

11Pourquoi ne suis-je donc pas mort |dans le sein de ma mère ?

Pourquoi n’ai-je pas expiré |en sortant de ses flancs ?

12Pourquoi ai-je trouvé |deux genoux accueillants

et une mère |pour me donner le sein ?

13Car maintenant |je serais couché, et tranquille,

je dormirais |je me reposerais

14en compagnie des rois |et des grands de la terre

qui s’étaient fait bâtir |de vastes monuments |dont il ne reste que des ruines,

15avec les chefs des princes, |ceux qui détenaient l’or

et entassaient l’argent |dans leurs demeures.

16Je n’existerais pas |tel l’avorton |enfoui sous terre,

tel un enfant |qui n’a pas vu le jour.

17Là, ceux qui sont méchants |cessent de tourmenter,

et ceux qui sont à bout de forces |peuvent se reposer.

18Les prisonniers, de même, |se trouvent là paisibles

car ils n’entendent plus |la voix de l’oppresseur,

19petits et grands sont là,

et de son maître |l’esclave est affranchi.

20Pourquoi, oui, pourquoi donc |donne-t-il la lumière |à ceux qui souffrent ?

Pourquoi donner la vie |aux hommes accablés ?

21Ils attendent la mort |et elle ne vient pas,

alors qu’ils la recherchent |plus que tous les trésors,

22ils seraient pleins de joie |et ils jubileraient

s’ils trouvaient le tombeau.

23Pourquoi donner la vie |à l’homme qui ne voit |aucune route à suivre

parce que Dieu lui-même |le cerne de tous les côtés ?

24Car mes gémissements |ont remplacé mon pain

et mes cris de douleur |déferlent comme l’eau.

25Tout ce que je redoute, |c’est cela qui m’arrive,

les maux que je craignais |ont tous fondu sur moi.

26Je n’ai plus de tranquillité, |pas de relâche, |pas de repos.

Je suis sans cesse en proie |à de nouveaux tourments.