La Bible du Semeur

Job 29

Dernier discours de Job

Job évoque sa condition passée

1Job prononça un autre discours et dit:

Qui me fera revivre les saisons d’autrefois,
comme en ces jours passés où Dieu veillait sur moi,
où il faisait briller sa lampe sur ma tête
et qu’avec sa lumière j’affrontais les ténèbres?
Ah! si j’étais encore aux jours de ma vigueur,
quand ma demeure jouissait de l’intimité avec Dieu,
et quand le Tout-Puissant était encore à mes côtés,
et mes enfants autour de moi,
quand je baignais mes pieds dans le lait fermenté
et quand le roc versait pour moi des torrents d’huile[a].
Lorsque je me rendais aux portes de la ville,
quand je dressais mon siège sur la place publique[b],
les jeunes me voyaient et ils se retiraient,
les vieillards se levaient et ils restaient debout[c],
les notables arrêtaient leurs propos
et se mettaient une main sur la bouche.
10 Les grands baissaient la voix
et ils tenaient leur langue collée à leur palais.
11 Celui qui m’écoutait me déclarait heureux,
celui qui me voyait parlait de moi en bien.
12 Car je sauvais le pauvre qui appelait à l’aide
ainsi que l’orphelin privé de tout secours.
13 Ceux qui allaient mourir me bénissaient,
et je mettais la joie dans le cœur de la veuve.
14 J’endossais la justice: c’était mon vêtement.
Ma robe et mon turban, c’était ma probité.
15 J’étais l’œil de l’aveugle
et les pieds du boiteux,
16 et j’étais comme un père pour ceux qui étaient pauvres.
J’examinais à fond le cas des inconnus[d].
17 Je brisais les mâchoires de l’homme inique
et je lui arrachais la proie d’entre les dents.

18 Je me disais alors: «Je mourrai dans mon nid,
j’aurai des jours nombreux comme les grains de sable[e].
19 La source de l’eau vive baignera mes racines,
la rosée passera la nuit sur ma ramure.
20 Ma gloire auprès de moi se renouvellera
et, dans ma main, mon arc rajeunira.»

21 Alors on m’écoutait[f] attendant mon avis
et l’on faisait silence pour avoir mon conseil.
22 Lorsque j’avais parlé, on ne discutait pas.
Ma parole, sur eux, se répandait avec douceur.
23 Et ils comptaient sur moi comme on attend la pluie.
Ils ouvraient grand la bouche, comme pour recueillir les ondées du printemps.
24 Quand je leur souriais ils n’osaient pas y croire,
on ne pouvait éteindre l’éclat de mon visage[g].
25 C’est moi qui choisissais la voie qu’ils devaient suivre. Je siégeais à leur tête,
je trônais comme un roi au milieu de ses troupes,
comme un consolateur pour les gens affligés.

Footnotes

  1. 29.6 Images classiques de la prospérité: le roc désigne le pressoir d’olives dont la base d’où s’écoulait l’huile était faite en pierre.
  2. 29.7 Le conseil des notables siégeait sur la place publique près des portes de la ville. Ce conseil fonctionnait aussi comme tribunal. Les v. 7-10 illustrent les habitudes de politesse orientale.
  3. 29.8 Jusqu’à ce que Job se soit assis.
  4. 29.16 Autre traduction: les cas que je ne savais pas trancher.
  5. 29.18 D’autres comprennent: comme le phœnix, oiseau légendaire qui vivait 500 ans puis brûlait avec son nid pour renaître aussitôt de ses cendres. L’ancienne version grecque a: comme le palmier.
  6. 29.21 Suite des v. 7-10.
  7. 29.24 Autre traduction: ils ne négligeaient aucun signe favorable sur mon visage.

Nova Versão Internacional

Jó 29

1Jó prosseguiu sua fala:

“Como tenho saudade
    dos meses que se passaram,
dos dias em que Deus
    cuidava de mim,
quando a sua lâmpada brilhava
    sobre a minha cabeça
e por sua luz eu caminhava
    em meio às trevas!
Como tenho saudade
    dos dias do meu vigor,
quando a amizade de Deus
    abençoava a minha casa,
quando o Todo-poderoso
    ainda estava comigo
e meus filhos estavam ao meu redor,
quando as minhas veredas
    se embebiam em nata
e a rocha me despejava
    torrentes de azeite.

“Quando eu ia à porta da cidade
e tomava assento na praça pública;
quando, ao me verem,
    os jovens saíam do caminho,
e os idosos ficavam em pé;
os líderes se abstinham de falar
e com a mão cobriam a boca.
10 As vozes dos nobres silenciavam,
e suas línguas
    colavam-se ao céu da boca.
11 Todos os que me ouviam
    falavam bem de mim,
e quem me via me elogiava,
12 pois eu socorria o pobre
    que clamava por ajuda,
e o órfão que não tinha
    quem o ajudasse.
13 O que estava à beira da morte me abençoava,
e eu fazia regozijar-se o coração
    da viúva.
14 A retidão era a minha roupa;
a justiça era o meu manto e
    o meu turbante.
15 Eu era os olhos do cego
    e os pés do aleijado.
16 Eu era o pai dos necessitados,
e me interessava
    pela defesa de desconhecidos.
17 Eu quebrava as presas dos ímpios
e dos seus dentes arrancava
    as suas vítimas.

18 “Eu pensava: Morrerei em casa,
e os meus dias serão numerosos
    como os grãos de areia.
19 Minhas raízes chegarão até as águas,
e o orvalho passará a noite
    nos meus ramos.
20 Minha glória se renovará em mim,
e novo será o meu arco
    em minha mão.

21 “Os homens me escutavam
    em ansiosa expectativa,
aguardando em silêncio
    o meu conselho.
22 Depois que eu falava,
    eles nada diziam;
minhas palavras caíam suavemente
    em seus ouvidos.
23 Esperavam por mim
    como quem espera
    por uma chuvarada,
e bebiam minhas palavras
    como quem bebe a chuva
    da primavera.
24 Quando eu lhes sorria,
    mal acreditavam;
a luz do meu rosto lhes era preciosa.
25 Era eu que escolhia o caminho
    para eles,
e me assentava como seu líder;
instalava-me como um rei
    no meio das suas tropas;
eu era como um consolador
    dos que choram.