La Bible du Semeur

Esaïe 15:1-9

Contre Moab

1Oracle sur Moab :

En une nuit, |la voilà dévastée.

Oui, c’en est fait d’Ar en Moab.

En une nuit, |la voilà dévastée,

c’en est fait de Qir en Moab15.1 Ar en Moab et Qir en Moab sont deux des principales villes du pays (pour les chap. 15 et 16, voir Jr 48)..

2Le peuple de Dibôn |monte à ses sanctuaires,

à ses hauts lieux, |afin d’y mener deuil,

tout Moab se lamente |sur Nébo et sur Médeba15.2 Nébo : peut-être le mont d’où Moïse a contemplé le pays promis (Dt 34). Médeba : sur le plateau au nord de Dibôn. Les Moabites possédaient alors le pays au nord de l’Arnon qui avait appartenu aux Israélites et qu’ils avaient reconquis à la mort d’Achab (2 R 3.4-5). :

toutes les têtes sont rasées,

toutes les barbes sont coupées.

3Dans les rues, on revêt |les habits de toile de sac ;

sur les toits en terrasse |et sur les places de la ville,

tout le monde soupire |et se répand en larmes.

4A Heshbôn, à Elealé, |les gens poussent des cris,

on les entend jusqu’à Yahats15.4 Heshbôn et Elealé : villes à la frontière nord du pays (voir Nb 21.26), à une trentaine de kilomètres au nord de la mer Morte. Yahats : à l’est, aux confins du désert..

Aussi les soldats de Moab |se mettent à crier

et ils sont tout tremblants.

5J’appelle à l’aide |au sujet de Moab :

ses fugitifs se sauvent |jusqu’à Tsoar,

jusqu’à Eglath-Shelishiya,

et ils gravissent en pleurant |la montée de Louhith.

Sur le chemin d’Horonaïm, |ils poussent des cris déchirants :

6les eaux de Nimrim ont tari

et l’herbe est desséchée,

la végétation dépérit,

toute verdure a disparu15.6 L’oasis de Nimrim, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de la mer Morte..

7Aussi emportent-ils |ce qu’ils ont pu sauver

et leurs objets précieux |au-delà du torrent des Saules.

8Car la clameur a fait le tour |du territoire de Moab

et les lamentations |sont entendues à Eglaïm,

jusqu’à Beer-Elim15.8 Deux villes situées aux frontières opposées de Moab, au nord et au sud. |retentissent ses hurlements :

9les eaux de Dimôn15.9 Selon le texte hébreu traditionnel. Le texte hébreu de Qumrân, certains manuscrits de l’ancienne version grecque et la Vulgate ont : Dibôn. sont pleines de sang.

Oui, j’infligerai à Dimôn |un surcroît de malheur

et un lion fondra |sur les survivants de Moab,

sur ceux qui resteront |dans le pays.