La Bible du Semeur

Cantiques 3:1-11

Pensées nocturnes

1Sur mon lit, au long de la nuit,

j’ai recherché |celui que mon cœur aime.

Je l’ai cherché, |mais ne l’ai pas trouvé.

2Je me suis dit alors : |Il faut que je me lève,

je ferai le tour de la ville |par les rues et les places,

je chercherai partout |celui que mon cœur aime.

Je l’ai cherché, |mais ne l’ai pas trouvé.

3Les gardes m’ont trouvée, |ceux qui font le tour de la ville3.3 Les gardes se tenaient la nuit près de la porte (Né 3.29 ; 11.19 ; 13.22) ou sur les remparts (5.7 ; 2 S 13.34 ; 18.24-27 ; 2 R 9.17-20 ; Ps 127.1 ; Es 52.8 ; 62.6). Sans doute patrouillaient-ils aussi dans la ville (5.7)..

Je leur ai demandé : |Celui que mon cœur aime, |ne l’avez-vous pas vu ?

4Les ayant dépassés,

peu après, j’ai trouvé |celui que mon cœur aime.

Je l’ai saisi bien fort, |et ne l’ai plus lâché

jusqu’à l’avoir conduit |au logis de ma mère,

dans la chambre de celle |qui m’a conçue.

5O filles de Jérusalem, |oh, je vous en conjure

par les gazelles |ou par les biches |de la campagne :

n’éveillez pas, |non, ne réveillez pas l’amour

avant qu’il ne le veuille3.5 Voir 2.7 et note ; 8.4.. »

Cortège royal

6« Qui donc est celle-ci |qui monte du désert3.6 Voir 8.5. Le désert est celui de Judée, c’est-à-dire les collines incultes entourant Jérusalem.

comme un nuage de fumée,

aux senteurs de myrrhe et d’encens

et de tous parfums exotiques ?

7Voici la litière de Salomon

escortée de ses soixante guerriers,

l’élite des guerriers en Israël.

8Tous armés de l’épée,

exercés au combat,

ils ont leur épée au côté

pour parer aux terreurs nocturnes.

9Le palanquin3.9 Sans doute la litière mentionnée au v. 7 et qui devait être richement ornée. royal |fait sur ordre de Salomon

est en bois du Liban.

10Ses colonnes sont en argent,

son dossier3.10 Terme de sens incertain. Autres traductions : lit, siège, base, support, trône. est en or,

son siège est fait en pourpre.

Les filles de Jérusalem

ont tapissé avec amour |tout l’intérieur du palanquin.

11O filles de Sion, sortez, |contemplez le roi Salomon

portant le diadème |dont le ceignit sa mère

au jour de son mariage,

au jour où tout son cœur |était rempli de joie. »