La Bible du Semeur

Cantique des Cantiques 4

Que tu es belle, ô mon amie

1«Que tu es belle, ô mon amie, que tu es belle!
Tes yeux ressemblent à des colombes
dessous ton voile,
ta chevelure est comme un troupeau de chèvres
dévalant le mont Galaad[a].
Tes dents ressemblent à un troupeau de brebis passé aux mains des tondeurs
qui reviendrait du lavoir.
Chacune d’elles a sa jumelle,
aucune n’est solitaire.
Voici tes lèvres comme un ruban écarlate;
combien ta bouche est charmante!
Et tes tempes ressemblent à des moitiés de grenades[b]
dessous ton voile.
Ton cou ressemble à la tour du roi David,
bâtie comme un arsenal:
mille rondaches y sont pendues[c],
tous les pavois des héros.
Comme deux faons, jumeaux d’une gazelle,
paissant parmi les lis, sont tes deux seins.»

«Et quand viendra la brise
à la tombée du jour,
et quand s’estomperont les ombres,
je m’en irai vers la montagne de la myrrhe,
vers la colline de l’encens.»

La beauté de l’amour

«Tu es toute jolie, ô mon amie,
et sans aucun défaut.
Oh, viens du Liban avec moi, ma mariée[d],
oui, viens du Liban avec moi.
Veuille descendre[e] du sommet de l’Amana,
du sommet du Senir, et de l’Hermon[f],
là où les lions ont leur retraite,
et les panthères dans les montagnes.
Tu chamboules mon cœur, ô toi, ma sœur[g], ma mariée,
tu chamboules mon cœur par un seul regard jeté par tes yeux,
par un seul des joyaux de tes colliers.
10 Ton amour est bien délicieux, ô toi, ma sœur, ma mariée,
oui, ton amour est plus exaltant que le vin
et la senteur de tes parfums plus que tous les arômes.
11 Tes lèvres, distillent du miel, ma mariée,
du miel, du lait sont sous ta langue,
et le parfum de tes habits est tout pareil aux senteurs du Liban.
12 Tu es un jardin clos, ô toi, ma sœur, ma mariée,
un jardin clos[h] et une fontaine scellée[i].
13 Tes rameaux[j] forment un verger de grenadiers aux fruits exquis,
henné et nard l’embaument,
14 le nard et le safran et la canne odorante, le cinnamome[k],
et toutes sortes de plantes donnant de l’encens,
l’aloès et la myrrhe,
avec les plus fins aromates.
15 Tu es la source des jardins,
un puits d’eaux vives,
et d’eaux ruisselant du Liban[l].
16 Eveille-toi, brise légère,
viens, doux zéphyr,
que mon jardin, exhale ses parfums.»

Le jardin de l’amour

«Que mon bien-aimé entre dans son jardin
et qu’il en goûte les fruits exquis.»

Footnotes

  1. 4.1 Noires comme les chèvres de ce pays.
  2. 4.3 A cause de leur couleur rougeâtre (voir 6.7).
  3. 4.4 Allusion au collier formé de pièces de monnaie entourant le cou comme les boucliers ronds suspendus autour des tours (Ez 27.10-11).
  4. 4.8 Le mot hébreu, qui se retrouve aux v. 9, 10, 11, 12 et en 5.1, désigne l’épousée, juste avant ou juste après le mariage, comme en Os 4.13ss
  5. 4.8 Autre traduction: tu contempleras.
  6. 4.8 Différents sommets du nord d’Israël.
  7. 4.9 ma sœur : terme d’affection du langage amoureux, courant dans la poésie du Proche-Orient ancien (voir v. 10, 12; 5.1).
  8. 4.12 D’après divers manuscrits hébreux et les versions anciennes. Le texte hébreu traditionnel porte un terme de sens incertain souvent rendu par source ou fontaine. Les deux types de textes hébreux ne diffèrent que par une seule lettre.
  9. 4.12 On avait l’habitude de fermer les puits (Gn 29.2-3).
  10. 4.13 Autre traduction: Tes ruisseaux arrosent un verger.
  11. 4.14 Diverses plantes aromatiques précieuses.
  12. 4.15 Dont les neiges éternelles alimentent des cours d’eau frais et intarissables.