Apocalypse 14:14-20

La moisson et la vendange

Alors je vis une nuée blanche sur laquelle siégeait quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme. Il avait sur la tête une couronne d’or et tenait à la main une faucille bien tranchante.

Puis un autre ange sortit du Temple, criant d’une voix forte à celui qui siégeait sur la nuée:

Lance ta faucille et moissonne! Car l’heure est venue de moissonner et la moisson de la terre est mûre.

Celui qui siégeait sur la nuée lança sa faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.

Un autre ange sortit du sanctuaire céleste, tenant lui aussi une faucille bien tranchante. Puis un autre ange encore, l’ange préposé au feu, quitta l’autel et cria d’une voix forte à celui qui tenait la faucille tranchante: Lance ta faucille tranchante et vendange les grappes de la vigne de la terre, car ses raisins sont mûrs.

L’ange lança sa faucille sur la terre et vendangea la vigne de la terre. Il versa sa récolte dans le grand pressoir de la colère de Dieu. On écrasa les raisins dans le pressoir, hors de la ville. Le sang en sortit si abondamment qu’il atteignit la hauteur du mors des chevaux sur une étendue de mille six cents stades[a].


Footnotes
  1. 14.20 Voir 21.16 et note.

Read More of Apocalypse 14

Apocalypse 15

Le signe des sept derniers fléaux

Puis je vis dans le ciel un autre signe grandiose qui me remplit d’étonnement: sept anges portant sept fléaux, les sept derniers par lesquels se manifeste la colère de Dieu. Je vis aussi comme une mer cristalline mêlée de feu. Ceux qui avaient vaincu la bête, son image et le nombre de son nom se tenaient sur la mer de cristal. S’accompagnant de harpes divines, ils chantaient le cantique de Moïse[a], le serviteur de Dieu, et le cantique de l’Agneau. Ils chantaient:

Seigneur, Dieu, Tout-Puissant,
tes œuvres sont grandes et admirables.
Roi de tous les peuples,
ce que tu fais est juste
et conforme à la vérité!
Qui oserait, Seigneur,
refuser de te craindre
et de te rendre gloire?
Car toi seul tu es saint;
tous les peuples viendront
pour se prosterner devant toi,
car il deviendra manifeste
que tes actions sont justes.

Les sept coupes de la colère de Dieu[b]

Après cela je vis s’ouvrir dans le ciel le Temple qui abritait le tabernacle du témoignage.

Les sept anges porteurs des sept fléaux sortirent du Temple. Ils étaient vêtus de tuniques d’un lin pur, éclatant, et leur taille était serrée par une ceinture d’or.

L’un des quatre êtres vivants remit aux sept anges sept coupes d’or remplies de la colère du Dieu qui vit éternellement. Alors la gloire et la puissance de Dieu remplirent le Temple de fumée[c], en sorte que personne ne put y pénétrer tant que les sept fléaux, déclenchés par les sept anges, ne s’étaient pas accomplis.


Footnotes
  1. 15.3 Voir Ex 15.
  2. 15.4 Voir Es 6.4.
  3. 15.8 Comparer Ap 8 et 9. Les fléaux rappellent les plaies d’Egypte.

Read More of Apocalypse 15