Lévitique 26:14-46

Les malédictions

Mais si vous ne m’écoutez pas, et si vous n’appliquez pas tous ces commandements, si vous méprisez mes ordonnances et si vous rejetez mes lois, pour ne plus appliquer tous mes commandements, si vous violez ainsi mon alliance, voici comment j’agirai envers vous: j’interviendrai contre vous pour vous plonger dans l’épouvante et vous envoyer le dépérissement et la fièvre qui consumeront vos yeux et vous mineront. Vous répandrez en vain vos semences, car vos ennemis s’empareront de vos récoltes. Je me retournerai contre vous: vous serez battus par vos ennemis; ceux qui vous haïssent domineront sur vous; vous fuirez même sans que personne ne vous poursuive.

Si malgré cela vous ne m’écoutez pas encore, je vous infligerai, pour vos péchés, une correction sept fois plus sévère. Je briserai la force dont vous vous enorgueillissez; je rendrai le ciel au-dessus de vous dur comme du fer, et votre terre comme du bronze. Vous épuiserez vos forces en vains efforts; vos terres ne produiront plus rien et les vergers ne porteront plus de fruit.

Si vous continuez à me résister en refusant de m’écouter, je vous infligerai sept fois plus de coups pour vous punir de vos péchés. Je lâcherai contre vous les bêtes sauvages qui vous raviront vos enfants, déchireront vos bêtes et vous réduiront à un petit nombre, en sorte que vos chemins deviendront déserts[a].

Et si, malgré ces châtiments, vous ne vous laissez pas corriger par moi, si vous vous opposez à moi, moi aussi, je m’opposerai à vous et je vous frapperai moi aussi sept fois plus à cause de vos péchés. Je déclencherai des guerres contre vous pour vous punir d’avoir transgressé l’alliance. Si vous vous réfugiez dans vos villes, je déchaînerai la peste au milieu de vous, et vous serez livrés à la merci de l’ennemi. Je vous couperai les vivres, de sorte que dix femmes pourront cuire tout votre pain dans un seul four, elles vous le distribueront par rations pesées, et il n’apaisera pas votre faim.

Si malgré cela vous ne m’écoutez pas, si vous continuez à vous opposer à moi, je m’opposerai à vous avec fureur et je vous corrigerai encore sept fois plus à cause de vos péchés. Vous mangerez vos propres enfants. Je dévasterai vos lieux de culte sur les hauteurs, j’abattrai vos autels à parfum, j’entasserai vos cadavres sur les cadavres de vos idoles, et je vous prendrai en aversion. Je réduirai vos villes en ruine, je ravagerai vos sanctuaires, je ne me laisserai pas apaiser par l’odeur de vos sacrifices. Je dévasterai moi-même le pays, de sorte que vos ennemis venus l’occuper en seront stupéfaits. Quant à vous, je vous disperserai parmi des peuples étrangers et je vous poursuivrai avec l’épée, votre pays sera dévasté et vos villes deviendront des monceaux de ruines.

Alors la terre jouira d’années de repos durant tout le temps qu’elle sera désolée et que vous serez dans le pays de vos ennemis; enfin elle chômera et jouira de son repos[b]. Durant toute cette période où elle demeurera dévastée, elle se reposera pour les années de repos dont vous l’aurez frustrée le temps que vous l’aurez habitée.

Quant à ceux d’entre vous qui survivront, je plongerai leur cœur dans l’angoisse en exil, chez leurs ennemis; au seul bruit d’une feuille, ils fuiront comme on fuit devant l’épée de l’ennemi et ils tomberont sans que personne les poursuive. Ils trébucheront l’un sur l’autre comme lorsqu’on fuit devant l’épée sans que personne ne les poursuive, et ils seront incapables de résister à leurs ennemis. Vous périrez chez des peuples étrangers et le pays de vos ennemis vous dévorera. Ceux d’entre vous qui survivront dépériront dans le pays de vos ennemis à cause de leurs péchés et aussi à cause de ceux de leurs ancêtres.

L’Eternel maintiendra son alliance

Alors ils reconnaîtront leur faute et celle de leurs ancêtres, qu’ils ont commises en se rebellant contre moi et en s’opposant à moi. C’est à cause de cela qu’à mon tour je m’opposerai à eux et que je les enverrai dans le pays de leurs ennemis. Si alors leur cœur incirconcis s’humilie et qu’ils reconnaissent que leur châtiment est juste[c], j’agirai en fonction de mon alliance avec Jacob, de mon alliance avec Isaac, et de mon alliance avec Abraham, et j’interviendrai en faveur du pays[d]. Car le pays sera abandonné par eux et il jouira du repos, après sa dévastation, pendant leur absence. Ils reconnaîtront la justice de leur châtiment, parce qu’ils auront méprisé mes commandements et rejeté mes lois. Et pourtant, même alors, lorsqu’ils seront dans le pays de leurs ennemis, je ne les rejetterai pas et je ne les prendrai pas en aversion au point de les exterminer et de rompre mon alliance avec eux; car je suis l’Eternel leur Dieu. J’agirai en leur faveur conformément à l’alliance conclue avec leurs ancêtres que j’ai fait sortir d’Egypte aux yeux des autres peuples pour être leur Dieu: je suis l’Eternel.

Conclusion

Telles sont les ordonnances, les articles de droit et les lois que l’Eternel établit entre lui et les Israélites au mont Sinaï, par l’intermédiaire de Moïse.


Footnotes
  1. 26.22 Les fauves se multiplient dans les campagnes dépeuplées (2 R 17.26; Ez 5.17).
  2. 26.34 Voir 2 Ch 36.21.
  3. 26.41 Autres traductions: qu’ils reconnaissent leurs fautes, ou: qu’ils fassent amende honorable pour leurs fautes.
  4. 26.42 Voir Gn 12.7; 17.7-8; 26.3-4; 28.13-14.

Read More of Lévitique 26

Lévitique 27

Les personnes et les biens voués à l’Eternel

L’Eternel s’adressa à Moïse en disant: Parle aux Israélites, et dis-leur: Quand quelqu’un dédie une personne à l’Eternel par un vœu, il s’en acquittera d’après l’estimation suivante. S’il s’agit d’un homme entre vingt et soixante ans, sa valeur s’estime à 600 grammes d’argent, selon l’unité de poids en vigueur au sanctuaire. Si c’est une femme, sa valeur sera de 360 grammes d’argent. Un garçon entre cinq et vingt ans s’estime à 240 grammes d’argent, et une fille à 120 grammes d’argent. Depuis l’âge d’un mois jusqu’à cinq ans, un garçon s’estime à 60 grammes d’argent et une fille à 36 grammes. A soixante ans et au-dessus, un homme s’estime à 180 grammes d’argent, et une femme à 120 grammes.

Si la personne qui a fait le vœu est trop pauvre pour payer la valeur fixée, on la présentera au prêtre pour qu’il fasse une estimation en fonction de ses ressources.

Si c’est un animal qu’on peut offrir à l’Eternel, tout ce qui en a été donné à l’Eternel sera tenu pour sacré. On ne le remplacera pas par un autre, on ne substituera pas une bête bonne à une mauvaise, ni inversement, car si l’on remplace une bête par une autre, toutes les deux, celle qui est remplacée et celle qui la remplace, seront tenues pour sacrées.

Si l’on a dédié par vœu à l’Eternel un animal impur qu’on ne peut donc pas offrir en sacrifice[a] à l’Eternel, on le présentera au prêtre qui en estimera la valeur en fonction de ses qualités et de ses défauts; et l’on s’en tiendra à son estimation. Si l’offrant veut racheter la bête, il majorera cette estimation d’un cinquième.

Lorsque quelqu’un consacre sa maison à l’Eternel, le prêtre en fera l’estimation en tenant compte de son état, et l’on s’en tiendra à la valeur qu’il aura fixée. Si celui qui l’a consacrée veut la racheter, il ajoutera un cinquième au prix estimé, et elle lui appartiendra à nouveau.

Si c’est un terrain faisant partie de son patrimoine que quelqu’un consacre à l’Eternel, la valeur en sera estimée en fonction de ce qu’on peut y semer à raison de 600 grammes d’argent pour quatre hectolitres d’orge. S’il consacre son champ dès l’année du jubilé[b], c’est à ce taux qu’il sera estimé. Mais s’il le consacre à l’Eternel après le jubilé, le prêtre en calculera la valeur en fonction du nombre d’années qui restent jusqu’au jubilé suivant, et il réduira le prix en conséquence.

Si celui qui a consacré son champ veut le racheter, il ajoutera un cinquième au prix estimé et pourra en reprendre possession. S’il ne rachète pas le champ et qu’on le vende à un tiers, il perd son droit de rachat, de sorte que cette terre, au moment du jubilé, sera consacrée à l’Eternel tout comme un champ voué à l’Eternel; elle deviendra la propriété du prêtre. Si quelqu’un consacre à l’Eternel un champ qu’il a acquis pour lui, et qui ne fait donc pas partie de son patrimoine, le prêtre en estimera la valeur en fonction du nombre d’années qui restent jusqu’au jubilé. L’homme paiera ce prix le jour même puisque le champ est consacré à l’Eternel. L’année du jubilé, le champ reviendra à la personne à qui on l’avait acheté et qui le comptait dans son patrimoine. Toute estimation sera faite selon l’unité de poids en vigueur au sanctuaire; cette unité (le sicle) vaut douze grammes (vingt guéras)[c].

Cependant, personne ne pourra consacrer les premiers-nés de son bétail à l’Eternel car, comme premiers-nés, qu’il s’agisse de gros ou de petit bétail, ils appartiennent à l’Eternel. S’il s’agit du premier-né d’un animal impur, son propriétaire pourra le racheter au prix estimé majoré d’un cinquième; s’il n’est pas racheté, il sera vendu au prix estimé.

Par contre, rien de ce que quelqu’un a voué à l’Eternel – homme, animal ou champ de son patrimoine – ne pourra se vendre ou se racheter: car tout ce qui a été voué est très saint et appartient à l’Eternel. Si une personne a été vouée à l’Eternel, elle ne pourra pas être rachetée; elle sera mise à mort[d].

Toute dîme prélevée sur les produits de la terre et sur les fruits des arbres appartient à l’Eternel: c’est une chose sacrée qui est à lui[e]. Si quelqu’un tient à racheter une partie de sa dîme, il en majorera le prix d’un cinquième de sa valeur[f].

Toute dîme de gros et de menu bétail, c’est-à-dire chaque dixième bête qui passe sous la houlette, sera consacrée à l’Eternel. Le propriétaire ne choisira pas entre celles qui sont bonnes et celles qui sont mauvaises, et on ne fera pas d’échange; si on procède quand même à un échange, les deux bêtes, celle qui est remplacée et celle qui la remplace, seront tenues pour sacrées et ne pourront pas être rachetées.

Tels sont les commandements que l’Eternel a donnés à Moïse pour les Israélites au mont Sinaï.


Footnotes
  1. 27.11 Comme le cheval, l’âne ou le chameau (voir Lv 11.2-8).
  2. 27.17 Voir Lv 25.8-22.
  3. 27.25 Voir Ex 30.13.
  4. 27.29 Il ne s’agit pas d’un sacrifice, mais d’une forme de jugement.
  5. 27.30 Pour les v. 30-33, voir Nb 18.21; Dt 14.22-23.
  6. 27.31 La dîme était généralement payée en nature. Elle pouvait aussi être acquittée en argent à condition d’être majorée de vingt pour cent de la valeur du produit (v. 13).

Read More of Lévitique 27