Jérémie 21

Sur les rois de Juda

Mauvaise nouvelle

Voici ce que l’Eternel dit à Jérémie quand le roi Sédécias[a] envoya vers lui Pashhour, fils de Malkiya, et le prêtre Sophonie, fils de Maaséya[b], pour lui dire: Veuille consulter l’Eternel pour nous, car Nabuchodonosor[c], roi de Babylone, nous attaque[d]. Peut-être l’Eternel fera-t-il encore pour nous un de ses grands prodiges[e], pour le faire partir.

Mais Jérémie leur répondit: Vous direz à Sédécias: Voici ce que déclare l’Eternel, le Dieu d’Israël: Les combattants qui luttent avec leurs armes à l’extérieur contre le roi de Babylone et contre les Chaldéens qui vous assiègent, je vais les faire se replier à l’intérieur de cette ville. Et moi-même, je combattrai contre vous, en déployant ma puissance, avec colère, avec fureur, et une grande indignation.

Je frapperai tout ce qui habite dans cette ville, les hommes aussi bien que les bêtes, d’une terrible peste dont ils mourront. Après cela – l’Eternel le déclare – je livrerai Sédécias, roi de Juda, ses fonctionnaires et la population de cette ville qui aura survécu à la peste, à l’épée et à la famine, je les livrerai à Nabuchodonosor, roi de Babylone, à leurs ennemis et à ceux qui en veulent à leur vie. Nabuchodonosor les fera massacrer par l’épée; il ne les épargnera pas, il sera sans pitié pour eux et n’aura aucune compassion.

Puis, tu diras à ce peuple: Voici ce que déclare l’Eternel: Je vous donne le choix entre le chemin de la vie et celui de la mort. Celui qui restera dans cette ville mourra par l’épée, par la famine ou par la peste. Mais celui qui en sortira pour se rendre aux Chaldéens qui vous assiègent aura la vie sauve; il aura au moins gagné cela. En effet, l’Eternel le déclare, je me tourne contre cette ville, pour lui faire du mal et non du bien: elle sera livrée au roi de Babylone qui y mettra le feu.

Au roi de Juda

Et voici ce que tu diras à la maison du roi de Juda:

Ecoutez la parole de l’Eternel,
dynastie de David!
Voici ce que déclare l’Eternel:
Rendez donc la justice dès le matin, selon le droit,
délivrez l’opprimé de l’oppresseur,
car sinon ma colère éclatera tout comme un feu
et elle brûlera sans qu’on puisse l’éteindre,
à cause de vos actes qui sont mauvais.
Je vais m’en prendre à toi,
palais du roi[f]
– l’Eternel le déclare –
toi qui t’es installé au rocher du plateau qui domine la plaine!
J’en veux à vous qui dites: «Qui nous attaquera?
Qui pourra pénétrer jusque dans nos bastions?»
Moi, j’interviendrai contre vous
selon ce qu’ont produit vos actes,
l’Eternel le déclare.
Je mettrai le feu à ta forêt[g],
et il consumera tout ce qui se trouve autour d’elle.


Footnotes
  1. 21.1 Troisième fils de Josias, et dernier roi de Juda qui régna à Jérusalem de 597 à 587 av. J.-C. (voir 2 R 24.17 à 25.7).
  2. 21.1 Ce Pashhour n’est pas à confondre avec Pashhour, fils d’Immer (20.1-6). Ce Sophonie n’est pas le prophète Sophonie.
  3. 21.2 Roi de Babylone, de 605 à 562 av. J.-C.
  4. 21.2 Voir 2 R 24.20 à 25.2.
  5. 21.2 Voir 2 R 19.35-36 et Es 37.33-38.
  6. 21.13 palais du roi : l’hébreu ne précise pas (voir v. 14 et note). Selon d’autres, il s’agirait de Jérusalem.
  7. 21.14 Allusion probable au palais du roi construit à Jérusalem, appelé «palais de la Forêt-du-Liban» à cause de ses colonnades en bois de cèdre et ses boiseries (voir 1 R 7.2).

Read More of Jérémie 21

Jérémie 22

La dernière chance

L’Eternel me dit: Rends-toi au palais du roi de Juda, et là tu prononceras ces paroles: Ecoute ce que dit l’Eternel, roi de Juda, toi qui sièges sur le trône de David! Ecoutez, toi, tes fonctionnaires et ton peuple qui passez par ces portes.

Voici ce que dit l’Eternel: Exercez le droit et la justice; délivrez celui que l’on exploite de l’oppresseur! Ne maltraitez pas l’étranger, l’orphelin et la veuve; ne commettez pas de violences envers eux; ne tuez pas des innocents dans ce lieu.

Car, si vous agissez vraiment selon ce que je vous dis, alors, des rois siégeant sur le trône de David continueront à passer par les portes de ce palais, montés sur des chars et des chevaux, avec leurs fonctionnaires et leurs sujets.

Mais si vous ne tenez pas compte de ces paroles, je le jure par moi-même – l’Eternel le déclare – ce palais ne sera plus que ruines[a].

Car voici ce que déclare l’Eternel concernant le palais du roi de Juda:

Bien que tu sois pour moi semblable à Galaad,
aux cimes du Liban[b],
oui, je l’affirme, je ferai de toi un désert,
une cité inhabitée:
je vais faire appel contre toi à des démolisseurs
armés de leurs outils;
ils abattront tes plus beaux cèdres
et ils les jetteront au feu.

Des gens de nombreux peuples passeront près de cette ville et se demanderont les uns aux autres: «Pourquoi donc l’Eternel a-t-il traité ainsi cette grande cité?» Et l’on répondra: «C’est parce qu’ils ont abandonné l’alliance conclue avec eux par l’Eternel leur Dieu, que, devant d’autres dieux, ils se sont prosternés et qu’ils leur ont rendu un culte.»

Sur Shalloum (Yoahaz)

Ne pleurez pas sur le roi qui est mort[c],
ne vous lamentez pas sur lui!
Pleurez, pleurez plutôt sur celui qui s’en va
parce qu’il ne reviendra pas:
il ne reverra plus la terre où il est né[d].

Car voici ce que dit l’Eternel au sujet de Shalloum, fils de Josias, roi de Juda, qui a succédé sur le trône à son père Josias et qui vient de quitter ce lieu: Il n’y reviendra plus. Il mourra à l’endroit où on l’a déporté, et ne verra plus ce pays.

Sur Yehoyaqim

Malheur à l’homme qui bâtit sa maison au détriment de la justice
et qui ajoute des pièces à l’étage en violant l’équité,
qui fait travailler son prochain pour rien,
sans lui donner ce que vaut son travail[e].
Et qui dit en lui-même: Je vais bâtir pour moi un palais imposant
avec de larges pièces à l’étage.
J’y ménagerai des fenêtres,
je le lambrisserai avec du bois de cèdre,
je l’enduirai de rouge!
Penses-tu qu’exercer la royauté consiste à surpasser les autres par les palais de cèdre?
Souviens-toi de ton père[f]: il a mangé et bu,
mais il a exercé le droit et la justice
et s’en est bien trouvé.
Il faisait droit aux pauvres, aux défavorisés,
et s’en est bien trouvé.
C’est par là que quelqu’un montre qu’il me connaît,
l’Eternel le déclare.
Mais toi, tu n’as d’yeux, de pensées,
que pour t’assurer des profits
et pour tuer des innocents,
pour opprimer les gens et les traiter avec brutalité.

Voilà pourquoi l’Eternel déclare ceci au sujet de Yehoyaqim, fils de Josias, roi de Juda:

Personne ne le pleurera en disant: «Quel malheur, mon frère!» et «Quel malheur, ma sœur!»
On ne mènera pas le deuil pour lui en disant: «Hélas! mon seigneur! Hélas sa majesté!»
Il sera enterré comme on enterre un âne,
on traînera son corps et on le jettera à l’extérieur des portes de Jérusalem.

Sur Jérusalem

Monte au Liban et crie!
Fais retentir ta voix sur les monts du Basan!
Va, pousse des clameurs des plateaux d’Abarim[g],
parce que tes amants[h] sont tous brisés.
Je t’avais avertie au temps de ta prospérité
mais tu as déclaré: «Je n’écouterai pas.»
C’est ainsi que tu t’es conduite dès ta prime jeunesse:
et tu ne m’as pas écouté!
Le vent emportera tes dirigeants,
et tes amants[i] s’en iront en exil;
et tu seras, alors, dans la honte et l’ignominie
pour toute ta méchanceté!
Toi, qui habites le Liban,
qui as placé ton nid au sein des cèdres,
comme tu vas gémir lorsque tu seras prise de douleurs, de souffrances
comme une femme en couches[j]!

Message à Konia (Yehoyakîn)

Aussi vrai que je vis, déclare l’Eternel, même si Konia, fils de Yehoyaqim, roi de Juda[k], était comme l’anneau à ma main droite, qui sert de sceau, je l’en arracherais. Oui, je te livrerai à ceux qui veulent te tuer, à ceux devant lesquels tu trembles, à Nabuchodonosor, le roi de Babylone, ainsi qu’aux Chaldéens. Et je t’expédierai, toi ainsi que ta mère qui t’a donné le jour, dans un autre pays, où vous n’êtes pas nés. C’est là que vous mourrez. Quant au pays où ils voudraient tant revenir, ils n’y reviendront pas.

Cet homme, Konia, est-il donc un pantin méprisé et brisé,
un objet de rebut,
pour qu’on les ait jetés, lui et sa descendance,
et expédiés dans un pays qu’ils ne connaissaient pas?

O pays, pays, oui pays,
écoute la parole que l’Eternel t’adresse!
Voici ce que déclare l’Eternel:
«Inscrivez que cet homme sera privé d’enfants
et qu’il ne réussira rien, pendant toute sa vie.
Parmi ses descendants, aucun n’accédera
au trône de David
pour régner sur Juda.»


Footnotes
  1. 22.5 Voir Mt 23.38; Lc 13.35.
  2. 22.6 C’est-à-dire: bien que le palais du roi soit aussi beau, aussi élevé que les montagnes citées, bien qu’il paraisse aussi solide qu’elles, il sera dévasté par les envahisseurs (voir 2 R 10.32).
  3. 22.10 Il s’agit du roi Josias tué à Meguiddo en 609 av. J.-C. (2 R 23.29, 30; 2 Ch 35.24-25).
  4. 22.10 Il s’agit de Yoahaz ou Shalloum qui n’a régné que trois mois (609 av. J.-C.). Il a été déporté par le pharaon Néko en Egypte où il est mort (2 R 23.31-34).
  5. 22.13 Il s’agit de Yehoyaqim (609 à 598 av. J.-C.; voir 2 R 24.1-7; 2 Ch 36.5-8). Jérémie le décrit d’abord (v. 13-14), puis l’apostrophe (v. 15-17), puis le nomme (v. 18).
  6. 22.15 Josias, père de Yehoyaqim, roi fidèle à l’Eternel (voir 2 R 22.1 à 23.28).
  7. 22.20 Région située au nord de Moab.
  8. 22.20 C’est-à-dire: tes alliés (voir 4.30 et note; 30.14).
  9. 22.22 Voir v. 20 et note.
  10. 22.23 Voir 21.14 et note.
  11. 22.24 Konia : autre nom du roi Yehoyakîn, fils de Yehoyaqim. Après 3 mois de règne (598 à 597 av. J.-C.), il a été déporté à Babylone par Nabuchodonosor (voir 2 R 24.8-16; 2 Ch 36.8-10).

Read More of Jérémie 22

Jérémie 23:1-8

Les mauvais bergers et le Bon Berger

Malheur à ces bergers[a] qui perdent et dispersent les brebis de mon pâturage, l’Eternel le déclare. C’est pourquoi voici ce que dit l’Eternel, le Dieu d’Israël, au sujet des bergers qui dirigent son peuple: Vous avez dispersé mon troupeau de brebis. Vous les avez chassées, vous n’avez pas veillé sur elles! Eh bien, moi, je vous punirai[b] à cause de vos agissements mauvais, l’Eternel le déclare. Moi, je rassemblerai ce qui reste de mes brebis dispersées dans tous les pays où je les ai chassées, je les ramènerai dans leur propre prairie où elles se reproduiront et se multiplieront. J’établirai sur elles des bergers de mon choix qui les dirigeront. Et elles ne connaîtront plus ni crainte ni terreur, et plus aucune d’elles ne manquera jamais, l’Eternel le déclare.

Voici venir le temps,
l’Eternel le déclare,
où je vais donner à David un germe juste.
Il régnera avec sagesse
et il exercera le droit et la justice dans le pays[c].
A cette époque-là, Juda sera sauvé,
et Israël vivra dans la sécurité.
Voici quel est le nom dont on l’appellera:
«L’Eternel est notre justice[d]».

C’est pourquoi des jours viennent, l’Eternel le déclare, où l’on ne dira plus: «L’Eternel est vivant, lui qui a fait sortir d’Egypte les Israélites[e]», mais l’on dira plutôt: «L’Eternel est vivant, lui qui a fait sortir et revenir la descendance d’Israël de ce pays du nord et de tous les pays où il l’aura chassée.» Elle vivra alors dans son pays.


Footnotes
  1. 23.1 Les bergers sont les rois qui viennent d’être mentionnés.
  2. 23.2 Le prophète joue ici sur les deux sens du même verbe hébreu qui signifie veiller et punir.
  3. 23.5 Voir 33.14-16.
  4. 23.6 Allusion au roi Sédécias (21.1) qui ne faisait guère honneur à son nom qui signifie: l’Eternel est ma justice.
  5. 23.7 Pour les v. 7-8, voir 16.14-15.

Read More of Jérémie 23