Ézéchiel 17

Le grand aigle et la vigne

L’Eternel m’adressa la parole et me dit:

Fils d’homme, propose une énigme, raconte une parabole à la communauté d’Israël. Dis-leur: «Voici ce que déclare le Seigneur, l’Eternel:

Le grand aigle survint.
Ses ailes étaient grandes,
son envergure était très large,
il était couvert d’un plumage
épais,
multicolore.
L’aigle se rendit au Liban
et saisit la cime d’un cèdre[a],
puis arracha son rameau[b] le plus élevé.
Il l’emporta dans un pays de commerçants,
et il le déposa dans une ville de marchands.
Puis il prit un plant[c] du pays
et le planta dans une pépinière.
Il le mit comme un saule
près des eaux abondantes.
Le plant poussa
et il devint un cep de vigne
étendant ses sarments, mais il était de taille bien modeste;
ses sarments se tournaient vers l’aigle
et ses racines restaient sous lui.
Il se développa,
produisit des rameaux
et poussa des sarments.

Puis survint un autre grand aigle[d]
aux larges ailes,
au plumage abondant.
Et voici que la vigne,
du champ où elle était plantée,
étendit vers lui ses racines
et tendit ses sarments de son côté,
pour se faire arroser par lui.
Or elle avait été plantée
dans un bon champ,
près des eaux abondantes
où elle poussait des rameaux
et produisait du fruit
et où elle était devenue une superbe vigne.

Dis-leur: “Voici ce que déclare
le Seigneur, l’Eternel.
Va-t-elle prospérer?
Le premier aigle
ne va-t-il pas
arracher ses racines,
et la dépouiller de ses fruits
pour les laisser sécher?
Alors toutes les jeunes pousses
se flétriront.
Il ne faudra ni grands efforts
ni une armée nombreuse
pour la déraciner complètement.
Voici: elle était bien plantée,
mais pourra-t-elle prospérer?
Dès que le vent d’orient
se mettra à souffler sur elle,
ne se desséchera-t-elle pas pleinement?
Oui, sur le terrain même
où elle avait poussé,
elle desséchera.”»

Le sens de la parabole

Alors l’Eternel m’adressa la parole et me dit:

Demande, je te prie, à cette communauté rebelle si elle comprend ce que tout cela signifie. Dis-lui: «Le roi de Babylone est allé à Jérusalem, il a capturé son roi et les chefs de la ville, et les a emmenés chez lui à Babylone[e]. Il a pris un rejeton de la race royale, il a conclu une alliance avec lui en lui faisant prêter serment. Il a emmené les notables du pays, pour que le royaume demeure dans l’abaissement, incapable de se relever, et qu’il reste fidèle à son alliance pour subsister. Mais celui-ci s’est révolté contre le roi de Babylone, il a envoyé des messagers en Egypte pour qu’elle lui procure des chevaux et un grand nombre de soldats. Réussira-t-il? Celui qui agit de la sorte s’en sortira-t-il? Il a rompu l’alliance, et il s’en tirerait? Aussi vrai que je suis vivant, le Seigneur, l’Eternel, le déclare, il mourra dans la ville du roi qui l’a appelé à régner, car il a violé son serment et il a rompu l’alliance conclue avec lui. Il mourra au milieu de Babylone. Malgré sa forte armée et la multitude de ses troupes, le pharaon ne pourra rien pour lui au moment du combat, quand les Babyloniens élèveront des terrasses de siège et construiront des terrassements pour faire périr beaucoup de gens. Il n’a pas respecté le serment, il a violé l’alliance, et pourtant, il avait bien pris un engagement. Après avoir agi ainsi, il n’en réchappera pas.

C’est pourquoi, voici ce que déclare le Seigneur, l’Eternel: Aussi vrai que je suis vivant, parce qu’il a méprisé le serment prêté en mon nom et qu’il a violé mon alliance, je le lui ferai payer. Je vais étendre mon filet sur lui et il sera pris dans mes mailles. Je le ferai emmener à Babylone, et là, je le ferai passer en jugement pour la trahison dont il s’est rendu coupable à mon égard. Ses troupes en fuite tomberont sous l’épée, et ceux qui en réchapperont seront dispersés à tout vent. Ainsi vous reconnaîtrez que moi, l’Eternel, j’ai parlé.

Voici ce que déclare le Seigneur, l’Eternel: Je prendrai moi-même un rameau tendre de la cime du cèdre élevé et je le mettrai en terre. Je couperai un tendre rejeton du haut de ses branches et je le planterai moi-même sur une très haute montagne[f]. Je le planterai sur une montagne élevée d’Israël; il étendra ses branches et portera du fruit, et il deviendra un cèdre magnifique; toutes sortes d’oiseaux habiteront dans sa ramure et viendront nicher à l’ombre de ses branches[g].

Alors tous les arbres de la campagne reconnaîtront que moi, je suis l’Eternel, qui abaisse l’arbre élevé et qui élève celui qui était abaissé, qui fais sécher l’arbre vert et reverdir l’arbre sec. Moi, l’Eternel, je le déclare et je le ferai.»


Footnotes
  1. 17.3 Pour l’explication de la parabole, voir v. 12ss L’aigle désigne Nabuchodonosor, roi de Babylone (v. 12), le Liban est mentionné ici parce qu’il y avait beaucoup de cèdres dans ce pays, le cèdre représente la dynastie davidique.
  2. 17.4 Le rameau est Yehoyakîn, emmené en exil à Babylone (v. 12).
  3. 17.5 Le plant désigne Sédécias, que Nabuchodonosor a établi roi à Jérusalem (v. 13).
  4. 17.7 L’autre grand aigle : le pharaon Hophra avec lequel Sédécias a cherché à s’allier (v. 15).
  5. 17.12 Pour les v. 12-15, voir 2 R 24.8 à 25.7; 2 Ch 36.9-20.
  6. 17.22 Voir 34.23; Es 11.1; Jr 23.5-6; 33.14-16; Za 3.8-10; 6.12-15.
  7. 17.23 Voir Mt 13.32.

Read More of Ézéchiel 17

Ézéchiel 18

La responsabilité individuelle

L’Eternel m’adressa la parole et me dit[a]:

Qu’avez-vous à répéter ce proverbe dans le pays d’Israël: «Les pères ont mangé des raisins verts, mais ce sont les dents des enfants qui en sont agacées»? Aussi vrai que je suis vivant, le Seigneur, l’Eternel, le déclare, vous n’aurez plus lieu de répéter ce proverbe en Israël. Voici: toute personne m’appartient, les fils comme les pères m’appartiennent. Eh bien, c’est la personne qui pèche qui mourra.

Soit un homme qui est juste et qui agit avec droiture et selon la justice. Il ne participe pas aux repas de sacrifice sur les montagnes et ne tourne pas les regards vers les idoles de la communauté d’Israël, il ne déshonore pas la femme d’autrui et n’a pas de relations avec une femme quand elle est indisposée[b]. Il n’exploite personne, il restitue son gage à celui qui lui a emprunté de l’argent, il ne commet pas de vol, il donne son pain à celui qui a faim et des vêtements à celui qui n’en a pas. Il ne prête pas à un taux usuraire et ne retient pas d’intérêts[c], il évite de commettre l’injustice et, s’il doit arbitrer entre un homme et un autre, il rend un jugement selon la vérité. Il vit en accord avec mes lois et obéit à mes commandements pour agir loyalement. Un tel homme est juste et il vivra, le Seigneur, l’Eternel, le déclare.

Mais si cet homme a un fils qui est un brigand, un criminel, et qui est coupable de l’un de ces actes, alors que son père n’en a commis aucun: il participe aux repas sacrificiels sur les montagnes, ou il déshonore la femme d’autrui, ou il exploite les pauvres et les démunis, il commet des vols, ne rend pas les gages reçus, ou il porte les regards sur les idoles et prend part à des rites abominables. Ou encore, il prête à un taux usuraire et retient des intérêts. Ce fils-là vivrait-il? Non, vous dis-je, il ne vivra pas. Puisqu’il a commis toutes ces choses abominables, il mourra et il sera seul responsable de sa mort.

Si maintenant cet homme a un fils qui est témoin de toutes les fautes commises par son père. Bien qu’il ait vu ces fautes, ce fils ne les a pas imitées. Il ne participe pas aux repas de sacrifice sur les montagnes, il ne porte pas ses regards sur les idoles de la communauté d’Israël, il ne déshonore pas la femme d’autrui. Il n’exploite personne, ne retient pas de gage, ne commet pas de vol, mais il donne son pain à celui qui a faim et des vêtements à celui qui n’en a pas. Il ne fait pas de tort au pauvre[d], ne prête pas à un taux usuraire, ni ne retient des intérêts. Il applique mes lois et vit selon mes commandements. Eh bien, ce fils-là ne mourra pas pour les fautes de son père: il vivra. C’est son père, qui a opprimé autrui, qui a volé son prochain et n’a pas bien agi au milieu de son peuple, c’est lui qui mourra pour ses propres fautes.

Vous demandez: Pourquoi le fils ne paie-t-il pas pour les fautes de son père? Eh bien: Parce que le fils a agi avec droiture et selon la justice, parce qu’il a obéi à tous mes commandements et les a appliqués, il vivra. C’est la personne qui pèche qui mourra et le fils ne sera pas tenu pour responsable de la faute de son père, ni le père tenu pour responsable de la faute de son fils. A celui qui est juste, sa droiture sera portée à son compte, et l’on portera au compte du méchant sa méchanceté.

Si le méchant se détourne de toutes les fautes qu’il a commises, s’il obéit à tous mes commandements et agit avec droiture et selon la justice, il ne mourra pas, il vivra. Parce qu’il mène à présent une vie juste, on ne tiendra plus compte de tous les péchés qu’il a commis, et il vivra. Pensez-vous que je prenne le moindre plaisir à voir mourir le méchant? demande le Seigneur, l’Eternel. Mon désir n’est-il pas plutôt qu’il abandonne sa mauvaise conduite et qu’il vive? Mais si le juste abandonne sa droiture et se met à faire le mal, en imitant toutes les pratiques abominables du méchant, pensez-vous qu’il vivra? On ne tiendra plus compte de tous les actes justes qu’il a accomplis par le passé et il mourra à cause de ses transgressions et de ses fautes.

Vous prétendez: «La manière d’agir du Seigneur n’est pas équitable.» Ecoutez donc, gens d’Israël, est-ce ma manière d’agir qui n’est pas équitable? N’est-ce pas plutôt la vôtre? Si le juste abandonne la droiture et se met à faire le mal et s’il meurt pour cela, c’est bien à cause du mal qu’il a commis qu’il perd la vie. Et si le méchant renonce à la méchanceté avec laquelle il a agi pour vivre désormais dans la droiture et selon la justice, il sauvera sa vie. S’il considère tous les péchés qu’il a commis et s’en détourne, il vivra, il ne mourra pas. Et pourtant, les gens d’Israël prétendent que la manière d’agir du Seigneur n’est pas équitable. Est-ce vraiment ma manière d’agir qui n’est pas équitable, gens d’Israël? N’est-ce pas plutôt la vôtre?

Ainsi donc, je jugerai chacun de vous, gens d’Israël, selon sa conduite, le Seigneur, l’Eternel, le déclare. Changez donc d’attitude et détournez-vous de tous vos péchés, pour que vos fautes ne causent pas votre perte. Rejetez loin de vous tous les péchés que vous avez commis contre moi. Faites-vous un cœur nouveau et un état d’esprit nouveau, car pourquoi faudrait-il que vous mouriez, gens d’Israël? Vraiment, moi, je ne prends aucun plaisir à voir mourir qui que ce soit, le Seigneur, l’Eternel, le déclare. Convertissez-vous et vivez!


Footnotes
  1. 18.1 Pour les v. 1-20, voir14.12-20; Jr 31.29-30 et Dt 7.10; 24.16.
  2. 18.6 Voir Lv 18.19.
  3. 18.8 Voir Lv 25.36-37.
  4. 18.17 D’après le texte hébreu traditionnel. L’ancienne version grecque a: il ne commet pas d’injustice.

Read More of Ézéchiel 18