Exode 15

Le cantique de délivrance

Alors Moïse et les Israélites entonnèrent ce cantique[a] en l’honneur de l’Eternel:

Je veux chanter pour l’Eternel,
il a fait éclater sa gloire,
il a culbuté dans la mer le cheval et son cavalier.
L’Eternel est ma force, il est le sujet de mes chants[b],
il m’a sauvé,
il est mon Dieu, je le louerai
et je l’exalterai, lui, le Dieu de mon père[c].
L’Eternel est un grand guerrier,
l’Eternel est son nom.
Les chars du pharaon et toute son armée,
il les a jetés à la mer,
l’élite de ses combattants
a été engloutie dans la mer des Roseaux,
et les flots les ont recouverts.
Ils ont coulé comme une pierre dans les profondeurs de l’abîme.
Ton bras droit, Eternel,
a fait éclater sa puissance,
ton bras droit, Eternel,
écrase l’ennemi.
Dans ta gloire éclatante,
tu renverses tes adversaires,
tu déchaînes contre eux le feu de ta colère
et ils sont consumés comme des brins de paille.
Sous l’action de ton souffle[d],
les eaux se sont amoncelées,
les flots se sont dressés comme un rempart,
et ils se sont figés au milieu de la mer.
L’ennemi se disait:
Je les pourchasserai et je les atteindrai,
je m’emparerai d’un butin,
je m’en rassasierai,
je tirerai l’épée,
je me saisirai d’eux.
Tu as soufflé,
et la mer les a recouverts!
Ils se sont enfoncés comme des blocs de plomb
dans les puissantes eaux.
Qui, parmi tous les dieux, ô Eternel, qui est semblable à toi?
Et qui est, comme toi, paré de sainteté,
et redoutable, et digne de louanges,
opérant des prodiges?
Tu étends ton bras droit,
et la terre engloutit nos poursuivants.
Dans ton amour, tu as conduit ce peuple
que tu as libéré
et tu l’as dirigé par ta grande puissance
vers ta demeure sainte[e].
Les peuples l’ont appris et ils en ont tremblé.
La terreur a saisi
les gens de Philistie.
Déjà les chefs d’Edom
en sont épouvantés,
les princes de Moab
se mettent à trembler,
tous les Cananéens en perdent le courage[f].
L’angoisse et la panique
s’abattent sur eux tous.
Ton action extraordinaire
les a tous pétrifiés,
jusqu’à ce qu’ait passé ton peuple, ô Eternel!
Jusqu’à ce qu’ait passé ce peuple que tu t’es acquis.
Tu les amèneras et tu les planteras
sur la montagne qui t’appartient,
au lieu que tu destines à être ta demeure, ô Eternel,
jusqu’à ton sanctuaire, ô Eternel
que tes mains ont fondé.
L’Eternel régnera à perpétuité!

En effet, les chevaux du pharaon, ses chars et ceux qui les montaient s’étaient engagés dans la mer, et l’Eternel avait fait refluer l’eau sur eux tandis que les Israélites avaient traversé la mer à pied sec.

Miryam, la prophétesse, sœur d’Aaron, prit le tambourin, et toutes les femmes la suivirent en dansant et en jouant des tambourins.

Miryam entonna, en réponse aux Israélites:

Chantez pour l’Eternel:
il a fait éclater sa gloire,
il a culbuté dans la mer
le cheval et son cavalier.

De la mer des Roseaux au mont Sinaï

A Mara: le peuple se désaltère

Sur ordre de Moïse, Israël quitta la mer des Roseaux et prit la direction du désert de Shour[g]. Ils marchèrent pendant trois jours dans le désert sans trouver de point d’eau. Ils arrivèrent à Mara[h] où il y avait de l’eau, mais ils ne purent pas en boire parce qu’elle était amère – d’où le nom de Mara (Amertume). Alors le peuple se plaignit de Moïse en disant: Qu’allons-nous boire?

Moïse implora l’Eternel, qui lui indiqua un bois d’une certaine espèce qu’il jeta dans l’eau, et l’eau devint potable.

C’est à cet endroit que l’Eternel donna au peuple des préceptes et un code de droit; là aussi il le mit à l’épreuve. Il leur dit: Si vous écoutez attentivement l’Eternel votre Dieu, et si vous faites ce qui est droit à ses yeux, si vous êtes attentifs à ses commandements et si vous obéissez à toutes ses lois, je ne vous infligerai aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens; car je suis l’Eternel qui vous apporte la guérison.

Ensuite, les Israélites arrivèrent à Elim[i] où il y avait douze sources d’eau et soixante-dix palmiers. Ils campèrent là près de l’eau.


Footnotes
  1. 15.1 Voir Ap 15.3.
  2. 15.2 il est le sujet de mes chants : autre traduction: ma protection.
  3. 15.2 Cité au Ps 118.14; Es 12.2.
  4. 15.8 L’auteur joue sans doute ici avec les différents sens du mot hébreu: souffle, vent (voir 14.21), Esprit.
  5. 15.13 Peut-être une désignation de la Terre promise (voir v. 17) ou du sanctuaire qui y sera dressé à l’endroit que l’Eternel choisira (Dt 12.14, 18, 26; 14.25; 16.7, 15-16; 17.8, 10; 18.6; 31.11) pour y faire résider son Nom (Dt 12.5, 11, 21; 14.23-24; 16.2, 6, 11; 26.2).
  6. 15.15 La Philistie (v. 14), Edom, Moab, Canaan sont énumérés dans l’ordre qu’Israël devra suivre pour se rendre du Sinaï à la Terre promise.
  7. 15.22 A l’est de l’Egypte (Gn 25.18; 1 S 15.7) dans la partie nord-ouest de la presqu’île du Sinaï; appelé désert d’Etham dans Nb 33.8.
  8. 15.23 A environ 80 kilomètres au sud de la pointe nord du golfe de Suez, sur sa rive orientale.
  9. 15.27 Au sud de Mara.

Read More of Exode 15

Exode 16

Dans le désert de Sin: les cailles et la manne

Toute la communauté des Israélites quitta Elim et, le quinzième jour du second mois qui suivit leur sortie d’Egypte, les Israélites arrivèrent au désert de Sin[a], qui s’étend entre Elim et le Sinaï. Là, dans le désert, toute l’assemblée des Israélites se plaignit de Moïse et d’Aaron. Ils leur dirent: Ah! pourquoi l’Eternel ne nous a-t-il pas fait mourir en Egypte où nous étions installés devant des marmites pleines de viande et où nous mangions du pain à satiété? Tandis qu’à présent, vous nous avez fait venir dans ce désert pour y faire mourir de faim toute cette multitude.

Alors l’Eternel dit à Moïse: Regarde, je vais faire pleuvoir du ciel sur vous du pain; le peuple sortira et en ramassera chaque jour la ration nécessaire. Je le mettrai à l’épreuve de la sorte et je verrai s’il se conforme ou non à mes instructions[b]. Le sixième jour, il y en aura deux fois plus que les autres jours à ramasser et à apprêter.

Moïse et Aaron dirent à tous les Israélites: Ce soir vous saurez que c’est l’Eternel qui vous a fait sortir d’Egypte, et demain matin, vous verrez se manifester la gloire de l’Eternel, car il vous a entendu vous plaindre de lui, l’Eternel. Car qui sommes-nous, pour que vous vous plaigniez de nous? Oui, dit-il, vous le saurez ce soir, quand l’Eternel vous donnera de la viande à manger, et demain lorsqu’il vous donnera du pain à satiété; car l’Eternel a entendu les plaintes que vous avez formulées contre lui. Nous, que sommes-nous? Ce n’est pas de nous que vous vous êtes plaints, mais de l’Eternel.

Puis Moïse dit à Aaron: Ordonne à toute l’assemblée des Israélites de se présenter devant l’Eternel car il a entendu leurs plaintes.

Pendant qu’Aaron parlait à toute l’assemblée des Israélites, ceux-ci se tournèrent du côté du désert, et voilà que la gloire de l’Eternel apparut dans la nuée.

L’Eternel s’adressa à Moïse et lui dit: J’ai entendu les plaintes des Israélites. Dis-leur donc: «Ce soir, avant qu’il fasse nuit, vous mangerez de la viande, et demain matin vous vous rassasierez de pain, et vous saurez que je suis l’Eternel votre Dieu.»

En effet, le soir même, des cailles[c] vinrent s’abattre sur le campement qui en fut recouvert; et le lendemain matin, il y avait une couche de rosée tout autour du camp. Lorsque cette rosée se fut dissipée, on aperçut par terre, sur le sol du désert, un mince dépôt granuleux, fin comme du givre, qui restait. En voyant cela, les Israélites se demandèrent les uns aux autres: Qu’est-ce que c’est[d]? car ils ne savaient pas ce que c’était.

Moïse leur dit: C’est le pain que l’Eternel vous donne à manger[e]. Voici ce qu’il a ordonné à ce sujet: Que chacun de vous en ramasse autant qu’il est nécessaire à sa nourriture, soit environ quatre litres[f] par personne. Chacun en prendra pour le nombre de ceux qui sont dans sa tente.

Les Israélites agirent ainsi: ils en ramassèrent les uns plus, les autres moins. Lorsqu’ils mesurèrent leur récolte, celui qui en avait ramassé beaucoup n’avait rien de trop, et celui qui en avait pris moins, n’en manquait pas; chacun en avait ramassé ce qu’il lui fallait pour manger[g].

Moïse leur recommanda: Que personne n’en garde jusqu’à demain matin.

Mais certains ne lui obéirent pas et en gardèrent pour le lendemain; il s’y mit des vers et cela sentait mauvais. Alors Moïse se fâcha contre ces gens. Tous les matins, ils ramassaient donc la manne, chacun la ration nécessaire à sa nourriture. Quand le soleil devenait chaud, elle fondait.

Le jour du repos

Le sixième jour, ils en ramassèrent une quantité double, c’est-à-dire environ huit litres par personne au lieu de quatre. Les chefs de la communauté vinrent en informer Moïse, qui leur dit: C’est bien ce que l’Eternel a ordonné. Demain, c’est un jour de repos, le sabbat qui est consacré à l’Eternel. Ce que vous avez à cuire au four, cuisez-le aujourd’hui; ce que vous avez à faire bouillir, faites-le bouillir aujourd’hui; et tout ce qui est en plus, mettez-le en réserve pour demain[h].

Ils mirent donc le reste en réserve jusqu’au lendemain, comme Moïse l’avait ordonné, et il n’y eut ni mauvaise odeur ni vers. Moïse leur dit alors: Mangez aujourd’hui ce que vous avez mis en réserve, car c’est le jour du repos en l’honneur de l’Eternel; aujourd’hui vous ne trouverez pas de manne dehors. Pendant six jours vous en ramasserez; mais le septième jour, le jour du sabbat, il n’y en aura pas.

Cependant, le septième jour, il y eut des gens qui sortirent pour faire leur provision, mais ils ne trouvèrent rien. Alors l’Eternel dit à Moïse: Jusqu’à quand refuserez-vous d’obéir à mes commandements et à mes lois? Considérez donc que si l’Eternel vous a donné le jour du repos, il vous donne aussi, le sixième jour, de la nourriture pour deux jours! Le septième jour, que chacun reste donc dans sa tente et que personne ne sorte de chez lui.

Ainsi le peuple se reposa le septième jour.

Les Israélites donnèrent à cette nourriture le nom de manne (Qu’est-ce que c’est[i]?). Elle ressemblait à des grains de coriandre[j] blanche, et elle avait un goût de beignet au miel.

Moïse dit: Voici ce que l’Eternel a ordonné: Prenez environ quatre litres de cette manne et conservez-les pour les générations futures, pour qu’elles voient l’aliment dont je vous ai nourri au désert, après vous avoir fait sortir d’Egypte.

Moïse dit donc à Aaron: Prends un récipient et mets-y environ quatre litres de manne, puis dépose-le devant l’Eternel afin de le conserver pour les générations futures[k].

Comme l’Eternel l’avait ordonné à Moïse, Aaron le déposa comme souvenir devant le coffre de l’acte de l’alliance.

Les Israélites mangèrent de la manne pendant quarante ans, jusqu’à leur arrivée dans un pays habité, aux confins du pays de Canaan[l]. (La mesure utilisée, environ quatre litres, correspondait à un dixième de la mesure habituelle[m].)


Footnotes
  1. 16.1 Au sud de la péninsule du Sinaï.
  2. 16.4 Voir Jn 6.31.
  3. 16.13 Au printemps, des vols de cailles émigrent d’Arabie et d’Afrique vers le nord. Le phénomène se reproduit dans Nb 11.31-32.
  4. 16.15 En hébreu, mân hou, d’où dérive le nom manne selon le v. 31.
  5. 16.15 Voir 1 Co 10.3.
  6. 16.16 Il s’agit d’un omer.
  7. 16.18 Cité en 2 Co 8.15.
  8. 16.23 Voir Ex 20.8-11.
  9. 16.31 Voir v. 15 et note.
  10. 16.31 Ombellifère aux graines blanches qui pousse à l’état sauvage en Arabie, en Afrique du Nord et en Israël. Son fruit sert d’assaisonnement (voir Nb 11.7).
  11. 16.33 Allusion en Hé 9.4.
  12. 16.35 La manne a cessé lors de la première Pâque célébrée en Canaan (Jos 5.10-12).
  13. 16.36 En hébreu: l’omer correspond à un dixième de l’épha.

Read More of Exode 16