2 Rois 1

Les rois de Juda et d’Israël

La maladie et la faute d’Ahazia

Après la mort d’Achab[a], les Moabites se révoltèrent contre Israël[b]. Le roi Ahazia tomba de sa chambre haute à Samarie par la fenêtre et se blessa grièvement. Il envoya des messagers consulter Baal-Zeboub[c], dieu d’Eqrôn[d], pour savoir s’il se remettrait de cet accident. Mais l’ange de l’Eternel dit à Elie de Tishbé: Mets-toi en route, va à la rencontre des messagers du roi de Samarie et demande-leur: «N’y a-t-il pas de Dieu en Israël pour que vous alliez consulter Baal-Zeboub, le dieu d’Eqrôn? C’est pourquoi, voici ce que déclare l’Eternel à votre roi: Tu ne quitteras plus le lit sur lequel tu t’es couché et tu vas mourir.»

Elie y alla.

Alors les messagers retournèrent auprès d’Ahazia, qui leur demanda: Pourquoi revenez-vous déjà?

Ils lui répondirent: Un homme est venu à notre rencontre et nous a ordonné: Allez, retournez auprès du roi qui vous a envoyés et dites-lui: Voici ce que déclare l’Eternel: «N’y a-t-il pas de Dieu en Israël pour que tu envoies consulter Baal-Zeboub, le dieu d’Eqrôn? C’est pourquoi tu ne quitteras plus le lit sur lequel tu t’es couché. Tu vas mourir.»

Ahazia leur demanda: Quelle allure avait l’homme qui est venu à votre rencontre et qui vous a transmis ce message?

Ils lui répondirent: C’était un homme habillé d’un vêtement en poil de chameau, noué d’une ceinture autour des reins.

Alors Ahazia dit: C’est Elie, de Tishbé.

Ahazia envoie arrêter Elie

Aussitôt, il envoya vers Elie un officier avec une cinquantaine d’hommes pour qu’ils le lui ramènent. L’officier monta vers Elie, qui se tenait sur le sommet de la montagne. Il lui dit: Homme de Dieu, le roi t’ordonne de descendre.

Elie lui répondit: Si je suis un homme de Dieu, que le feu tombe du ciel et qu’il te foudroie, toi et ta «cinquantaine»!

Aussitôt, la foudre tomba du ciel et consuma l’officier et sa cinquantaine de soldats.

Ahazia envoya un autre officier accompagné d’une «cinquantaine». Celui-ci dit à Elie: Homme de Dieu, par ordre du roi: Dépêche-toi de descendre!

Elie lui répliqua: Si je suis un homme de Dieu, que le feu tombe du ciel et te foudroie, toi et tes hommes!

Aussitôt, la foudre tomba du ciel et consuma l’officier et sa cinquantaine de soldats.

Ahazia envoya un troisième officier avec une «cinquantaine». Cet officier-ci, après être monté, fléchit les genoux devant Elie et le supplia: Homme de Dieu, je te prie, aie égard à ma vie et à celle de cette cinquantaine d’hommes! Le feu est tombé du ciel et a foudroyé les deux premiers chefs et leur «cinquantaine»; mais maintenant, aie égard à ma vie!

L’ange de l’Eternel dit alors à Elie: Descends avec lui, ne crains rien de sa part!

Alors Elie se mit en route pour descendre avec l’officier chez le roi. Lorsqu’il fut arrivé, il lui dit: Voici ce que déclare l’Eternel: «Puisque tu as envoyé des messagers pour consulter Baal-Zeboub, le dieu d’Eqrôn, comme s’il n’y avait pas de Dieu en Israël que l’on puisse consulter, eh bien, tu ne quitteras plus le lit sur lequel tu t’es couché et tu vas mourir.»

La mort d’Ahazia

Ahazia mourut effectivement, comme l’Eternel l’avait annoncé par Elie. Comme il n’avait pas de fils, son frère[e] Yoram lui succéda sur le trône, la deuxième année de Yoram, fils de Josaphat, roi de Juda[f]. Les autres faits et gestes d’Ahazia sont cités dans le livre des Annales des rois d’Israël.


Footnotes
  1. 1.1 Suite de 1 R 22.52-54.
  2. 1.1 Les Moabites avaient été soumis par David (2 S 8.2). A partir du schisme, ils ont dû se trouver assujettis au royaume du Nord.
  3. 1.2 C’est-à-dire le Seigneur des Mouches, une déformation ridiculisante de Baal-Zeboul (Baal le prince), connu par d’anciens textes cananéens. Ce nom reparaît dans les évangiles sous la forme Béelzébul pour désigner le prince des démons (Mt 10.25; 12.27).
  4. 1.2 La plus septentrionale des cinq villes princières des Philistins.
  5. 1.17 Les mots: son frère, absents du texte hébreu traditionnel, se trouvent dans l’ancienne version grecque.
  6. 1.17 Le règne de Yoram a commencé par cinq années de corégence avec son père Josaphat, de 853 à 848 av. J.-C. (8.16). La 18e année du règne de Josaphat (3.1) est par conséquent la même que la seconde année du règne de Yoram (en corégence): 852.

Read More of 2 Rois 1

2 Rois 2

L’Eternel enlève Elie au ciel – Elisée lui succède

Le jour où l’Eternel enleva Elie au ciel dans un tourbillon de vent, celui-ci partait de Guilgal[a] avec Elisée. A un moment donné, il lui dit: Reste ici, je te prie, car l’Eternel m’ordonne d’aller jusqu’à Béthel[b].

Elisée répondit: Aussi vrai que l’Eternel est vivant et que tu es toi-même en vie, je ne te quitterai pas.

Ils se rendirent donc ensemble à Béthel.

Les disciples des prophètes qui habitaient à Béthel sortirent au-devant d’Elisée et lui demandèrent: Sais-tu que l’Eternel va enlever aujourd’hui ton maître au-dessus de toi?

Il leur répondit: Oui, je le sais, moi aussi, mais ne parlez pas de cela!

Elie lui dit de nouveau: Arrête-toi ici, car l’Eternel m’ordonne d’aller à Jéricho.

Il répondit: Aussi vrai que l’Eternel est vivant et que tu es toi-même en vie, je ne te quitterai pas!

Ils allèrent donc ensemble à Jéricho.

Les disciples des prophètes qui habitaient Jéricho vinrent au-devant d’Elisée et lui demandèrent: Sais-tu que l’Eternel va enlever aujourd’hui ton maître au-dessus de toi?

Il répondit: Oui, je le sais, moi aussi, mais ne parlez pas de cela!

Elie lui dit: Reste ici, je te prie, car l’Eternel m’ordonne de me rendre jusqu’au Jourdain.

Mais Elisée lui répondit: Aussi vrai que l’Eternel est vivant et que tu es toi-même en vie, je ne te quitterai pas.

Ils poursuivirent donc tous deux leur chemin.

Cinquante disciples des prophètes les suivirent et se postèrent en face d’eux à une certaine distance, lorsqu’ils s’arrêtèrent au bord du Jourdain. Alors Elie enleva son manteau, le roula et en frappa l’eau du fleuve qui s’écarta de part et d’autre, de sorte qu’ils purent traverser tous deux à sec. Lorsqu’ils eurent passé, Elie dit à Elisée: Que voudrais-tu que je fasse pour toi? Demande-le-moi avant que je sois enlevé loin de toi.

Elisée répondit: J’aimerais recevoir une double part de l’Esprit qui réside en toi.

Elie répondit: Tu as exprimé une demande difficile à satisfaire, mais si tu me vois pendant que je serai enlevé d’auprès de toi, cela te sera accordé; si tu ne me vois pas, il n’en sera rien.

Pendant qu’ils continuaient à marcher tout en parlant, un char de feu tiré par des chevaux de feu vint entre eux et les sépara l’un de l’autre. Elie fut entraîné au ciel dans un tourbillon de vent. A cette vue, Elisée s’écria: Mon père! Mon père! Toi qui étais comme les chars d’Israël et ses équipages[c]!

Puis il le perdit de vue. Saisissant alors ses vêtements, il les déchira en deux, et ramassa le manteau qui était tombé des épaules d’Elie. Puis il revint sur ses pas et s’arrêta sur la rive du Jourdain; il prit le manteau d’Elie, en frappa les eaux du fleuve et s’écria: Où est l’Eternel, le Dieu d’Elie?

Ainsi il frappa lui aussi l’eau du fleuve qui s’écarta de part et d’autre, et il traversa à pied sec.

Les disciples des prophètes de Jéricho qui le virent d’en face s’exclamèrent: L’esprit d’Elie repose maintenant sur Elisée!

Ils allèrent à sa rencontre et se prosternèrent jusqu’à terre devant lui. Ils lui proposèrent: Vois-tu, nous avons avec nous, tes serviteurs, cinquante hommes robustes. Permets qu’ils aillent à la recherche de ton maître! Peut-être l’Esprit de l’Eternel n’a-t-il fait que l’emporter et le jeter sur quelque montagne ou dans quelque ravin.

Il répondit: Non, ne les envoyez pas!

Mais ils insistèrent tant et plus, si bien qu’il leur dit: Eh bien, envoyez-les.

Ils envoyèrent donc les cinquante hommes qui cherchèrent pendant trois jours en vain. Ils revinrent auprès d’Elisée qui était resté à Jéricho. Il leur dit: Je vous avais bien dit de ne pas y aller!

La parole prophétique d’Elisée est suivie d’effet

Les habitants de la ville vinrent dire à Elisée: Vois-tu, notre ville est bien située, comme mon seigneur peut le voir, mais l’eau est malsaine et la terre est infertile.

Il répondit: Apportez-moi un plat neuf et mettez-y du sel.

Ils le lui apportèrent.

Il se rendit à la source des eaux, y jeta du sel et dit: Voici ce que déclare l’Eternel: «J’ai rendu cette eau saine; elle ne causera plus la mort et ne rendra plus la terre infertile.»

Les eaux devinrent saines et le sont restées jusqu’à ce jour, conformément à la parole qu’Elisée avait prononcée.

De Jéricho, Elisée se rendit à Béthel. Pendant qu’il montait par la route, des enfants sortirent de la ville et se moquèrent de lui en criant: Monte, chauve! Monte, chauve!

Il se retourna pour les regarder et appela sur eux la malédiction au nom de l’Eternel. Aussitôt, deux ourses sortirent de la forêt et déchirèrent quarante-deux de ces enfants. De là, Elisée se rendit au mont Carmel, d’où il retourna à Samarie[d].


Footnotes
  1. 2.1 Non pas le Guilgal de la vallée du Jourdain (Jos 4.19; 5.9) près de Jéricho, mais un village à 11 kilomètres au nord-ouest de Béthel, à la frontière des deux royaumes. C’est là qu’Elisée reviendra (4.38); il s’y trouvait une école de disciples des prophètes.
  2. 2.2 Lieu important depuis l’époque des patriarches (Gn 12.8; 28.10-22; 35.1-5). Jéroboam y avait édifié un sanctuaire rival du temple de Jérusalem (1 R 12.28-33), mais l’Eternel y avait aussi ses représentants.
  3. 2.12 Voir 13.14.
  4. 2.25 Où était son domicile (6.32).

Read More of 2 Rois 2