2 Chroniques 16

Juda en guerre contre Israël

La trente-sixième année du règne d’Asa[a], Baésha, roi d’Israël, vint attaquer le royaume de Juda. Il fortifia Rama pour empêcher qu’on pénètre sur le territoire d’Asa, roi de Juda, et qu’on en sorte[b].

Asa préleva une certaine quantité d’argent et d’or dans les trésors du temple de l’Eternel et du palais royal, pour la faire porter à Ben-Hadad, roi de Syrie, qui résidait à Damas. Il l’accompagna du message suivant: «Faisons une alliance comme il y en a eu une entre nos ancêtres respectifs. Voici que je t’envoie de l’argent et de l’or. Je te demande, en échange, de rompre ton alliance avec Baésha, roi d’Israël, afin qu’il cesse de me faire la guerre.»

Ben-Hadad accepta la proposition du roi Asa; il envoya ses chefs militaires attaquer les villes d’Israël et ceux-ci frappèrent les villes d’Iyôn, de Dan et d’Abel-Maïm[c], ainsi que tous les entrepôts des villes de Nephtali[d]. Lorsque Baésha apprit cette nouvelle, il renonça à fortifier Rama et fit cesser ses travaux. Alors le roi Asa rassembla tous les Judéens pour enlever les pierres et le bois que Baésha avait rassemblés pour fortifier Rama, et il s’en servit pour fortifier les villes de Guéba et de Mitspa.

Un message prophétique mal reçu

C’est alors que le prophète Hanani vint trouver Asa, roi de Juda, et lui dit: Tu t’es appuyé sur le roi de Syrie au lieu de t’appuyer sur l’Eternel ton Dieu; à cause de cela, l’armée de ce roi t’échappera. Rappelle-toi que les Ethiopiens et les Libyens formaient une armée puissante dotée d’un très grand nombre de chars avec leurs équipages. Cependant l’Eternel t’a donné la victoire sur eux, parce que tu t’étais appuyé sur lui. Car l’Eternel parcourt toute la terre du regard pour soutenir ceux dont le cœur est tourné vers lui sans partage. Tu as agi comme un insensé, et à cause de cela, tu ne cesseras plus d’être en guerre.

Asa fut irrité contre le prophète. Furieux contre lui à cause de cette intervention, il le fit jeter en prison, les fers aux pieds. A la même époque, Asa se mit à opprimer une partie du peuple.

La fin du règne d’Asa

Les faits et gestes d’Asa, des premiers aux derniers, sont cités dans les livres des rois de Juda et d’Israël[e]. La trente-neuvième année de son règne, Asa tomba gravement malade et il souffrit grandement des pieds; toutefois, même pendant sa maladie, il ne s’adressa pas à l’Eternel mais seulement aux guérisseurs.

Asa rejoignit ses ancêtres décédés. Il mourut la quarante et unième année de son règne. On l’enterra dans l’une des tombes qu’il s’était fait creuser dans la cité de David. On le déposa sur un lit garni d’aromates et de baumes parfumés préparés par des embaumeurs, et l’on fit un immense brasier en son honneur.


Footnotes
  1. 16.1 Les précisions trente-cinquième année (15.19) et trente-sixième année du règne d’Asa ne s’accordent pas avec les autres données chronologiques des Rois (1 R 15.33; 16.8) et des Chroniques. Diverses hypothèses ont été avancées: le Chroniste daterait ces événements des 35e et 36e années après le schisme, ce qui correspondrait aux 15e et 16e années d’Asa; ou il s’agirait d’une erreur de copiste, l’original pouvant être: 25e et 26e années. Mais aucune de ces solutions n’est satisfaisante.
  2. 16.1 Autre traduction: … Rama, pour barrer le passage à Asa, roi de Juda.
  3. 16.4 Autre nom d’Abel Beth-Maaka (1 R 15.20).
  4. 16.4 Voir note 1 R 15.20.
  5. 16.11 Non les livres bibliques des Rois mais des annales rédigées par les secrétaires royaux.

Read More of 2 Chroniques 16

2 Chroniques 17

Le bon roi Josaphat

Son fils Josaphat lui succéda sur le trône[a]. Il développa ses forces pour tenir tête au royaume d’Israël: il installa des garnisons dans toutes les villes fortifiées de Juda et il établit des postes militaires à travers tout le pays de Juda, ainsi que dans les villes d’Ephraïm que son père Asa avait conquises[b]. L’Eternel fut avec Josaphat parce qu’il suivait, dans la première partie de sa vie, l’exemple laissé par son ancêtre David, et qu’il ne s’attacha pas aux Baals. Au contraire, il s’attacha au Dieu de ses ancêtres et vécut selon ses commandements, contrairement à ce que l’on faisait en Israël. Aussi l’Eternel affermit-il son pouvoir royal et tout Juda lui apportait des présents. Il fut comblé de richesses et de gloire. Il s’enhardit pour suivre les chemins prescrits par l’Eternel, de sorte qu’il supprima encore les hauts lieux et les poteaux sacrés d’Ashéra dans le pays de Juda.

La troisième année de son règne[c], il envoya dans les villes de Juda quelques-uns de ses hauts fonctionnaires, Ben-Haïl, Abdias, Zacharie, Netanéel et Michée, pour enseigner les habitants. Ils étaient accompagnés des lévites Shemaya, Netania, Zebadia, Asaël, Shemiramoth, Jonathan, Adoniya, Tobiya et Tob-Adoniya ainsi que des prêtres Elishama et Yoram. Ils enseignèrent donc en Juda, ayant avec eux le livre de la Loi de l’Eternel. Ils parcoururent toutes les villes de Juda pour enseigner le peuple.

La puissance de Josaphat

A cause de l’Eternel, une terreur s’empara de tous les royaumes environnant Juda, de sorte que personne n’osa faire la guerre à Josaphat. Des Philistins lui apportaient des présents et un tribut en argent. Les nomades arabes lui apportaient aussi du petit bétail: 7 700 béliers et 7 700 boucs. Josaphat devint de plus en plus puissant. Il construisit en Juda des citadelles et des villes-entrepôts.

Il disposait de provisions abondantes dans les villes judéennes, et des guerriers valeureux étaient stationnés à Jérusalem. Ces derniers étaient répartis selon leurs groupes familiaux. Pour Juda, voici les chefs de «milliers»: le chef Adna, qui commandait 300 000 valeureux guerriers; à ses côtés se trouvait le chef Yohanân qui commandait 280 000 hommes; à ses côtés, Amasia, fils de Zikri, qui s’était volontairement engagé pour l’Eternel et qui commandait 200 000 valeureux guerriers. De Benjamin, il y avait: Elyada, un valeureux guerrier, qui commandait 200 000 hommes armés de l’arc et du bouclier; à ses côtés Yehozabad qui commandait 180 000 hommes équipés pour la guerre. Tous ceux-ci étaient au service du roi, auxquels il faut ajouter ceux que le roi avait mis en garnison dans les villes fortifiées sur tout le territoire de Juda.


Footnotes
  1. 17.1 Josaphat régna de 872 à 848 av. J.-C., y compris trois années de corégence avec son père Asa, de 872 à 869 av. J.-C. (voir 20.31).
  2. 17.2 Voir 15.8.
  3. 17.7 A la fin de sa corégence avec son père Asa, en 869 av. J.-C.

Read More of 2 Chroniques 17

2 Chroniques 18:1-27

Josaphat fait alliance avec Achab

Josaphat était comblé de richesse et de gloire. Il s’allia par mariage avec Achab[a]. Au bout de quelques années, il lui rendit visite à Samarie et Achab abattit pour lui et pour ceux qui l’accompagnaient une grande quantité de moutons et de bœufs. Puis il le persuada d’aller avec lui attaquer la ville de Ramoth en Galaad[b]. Achab, roi d’Israël, demanda à Josaphat, roi de Juda: Viendras-tu avec moi à Ramoth en Galaad?

Celui-ci lui répondit: J’irai avec toi, mes troupes iront avec les tiennes, nous livrerons combat avec toi.

Une unanimité impressionnante

Mais il ajouta: Consulte d’abord l’Eternel, je te prie.

Le roi d’Israël rassembla les prophètes, qui étaient environ quatre cents, et leur demanda: Devons-nous aller reprendre Ramoth en Galaad, ou dois-je y renoncer?

Ils répondirent: Vas-y! Dieu la livrera au roi.

Mais Josaphat insista: N’y a-t-il plus ici aucun prophète de l’Eternel, par qui nous puissions le consulter?

Le roi d’Israël lui répondit: Il y a encore un homme par qui l’on pourrait consulter l’Eternel, mais je le déteste, car il ne m’annonce jamais rien de bon; il m’annonce toujours du malheur. Il s’agit de Michée, fils de Yimla[c].

Josaphat s’écria: Que le roi ne parle pas ainsi!

Alors le roi d’Israël appela un chambellan et lui ordonna de faire venir au plus vite Michée, fils de Yimla.

Le roi d’Israël et Josaphat, roi de Juda, revêtus de leurs costumes royaux, siégeaient chacun sur un trône, sur l’esplanade qui s’étend devant la porte de Samarie, tandis que tous les prophètes étaient devant eux dans un état d’exaltation. L’un d’eux, Sédécias, fils de Kenaana, s’était fabriqué des cornes de fer et affirmait: Voici ce que déclare l’Eternel: «Avec ces cornes, tu frapperas les Syriens jusqu’à leur extermination.»

Tous les autres prophètes confirmaient ce message et disaient: Va attaquer Ramoth en Galaad! Tu seras vainqueur, et l’Eternel livrera la ville au roi.

Un prophète qui dérange

Pendant ce temps, le messager qui était allé chercher Michée lui dit: Les prophètes sont unanimes pour prédire du bien au roi. Tu feras bien de parler comme eux et de lui prédire aussi le succès!

Michée lui répondit: Aussi vrai que l’Eternel est vivant, je transmettrai ce que Dieu me dira.

Lorsqu’il fut arrivé devant le roi, celui-ci lui demanda: Michée, devons-nous aller attaquer Ramoth en Galaad ou dois-je y renoncer?

– Bien sûr, allez-y, répondit Michée, vous serez vainqueurs, et la ville vous sera livrée!

Mais le roi lui rétorqua: Combien de fois faudra-t-il que je t’adjure de me dire seulement la vérité de la part de l’Eternel?

Alors Michée déclara:

J’ai vu tous les Israélites
disséminés sur les montagnes;
ils ressemblaient à des brebis qui n’ont pas de berger[d].
Et l’Eternel a dit:
«Ces gens n’ont plus de souverain.
Que chacun d’eux retourne tranquillement chez soi!»

Le roi d’Israël dit alors à Josaphat: Je te l’avais bien dit: «Cet homme-là ne me prophétise jamais rien de bon, c’est toujours du mal.»

Mais Michée continua: Eh bien, oui. Ecoutez ce que dit l’Eternel! J’ai vu l’Eternel siégeant sur son trône, tandis que toute l’armée des êtres célestes se tenait à sa droite et à sa gauche. L’Eternel demanda: «Qui trompera Achab, le roi d’Israël, pour qu’il aille attaquer Ramoth en Galaad et qu’il tombe sur le champ de bataille?» L’un proposait ceci, l’autre cela. Finalement, un esprit s’avança, se plaça devant l’Eternel et dit: «Moi, je le tromperai.» L’Eternel lui demanda: «Et comment t’y prendras-tu?» «J’irai, répondit-il, inspirer des mensonges à tous ses prophètes.» L’Eternel dit: «Pour sûr, tu le tromperas, tu y réussiras. Va donc et fais comme tu l’as dit!» Et maintenant, conclut Michée, c’est ce qui est arrivé: l’Eternel a fait qu’un esprit de mensonge inspire tes prophètes ici présents, car l’Eternel a résolu ta perte.

Alors Sédécias, fils de Kenaana, l’un des prophètes, s’approcha, gifla Michée et lui demanda: Par quel chemin l’esprit qui vient de l’Eternel[e] est-il sorti de moi pour te parler?

Michée répondit: Tu le sauras le jour où tu fuiras en passant de chambre en chambre pour te cacher.

Aussitôt le roi d’Israël ordonna: Arrêtez Michée et emmenez-le à Amôn, le gouverneur de la ville, et à Joas, le fils du roi[f]. Vous leur ordonnerez de ma part de jeter cet individu en prison et de ne lui donner qu’une ration réduite de pain et d’eau, jusqu’à ce que je revienne sain et sauf de cette expédition.

Michée s’écria: Si vraiment tu reviens sain et sauf, ce sera la preuve que l’Eternel n’a pas parlé par moi.

Puis il ajouta: Ecoutez, vous tous les peuples!


Footnotes
  1. 18.1 Yoram, fils de Josaphat, épousa Athalie, fille d’Achab (voir 22.2).
  2. 18.2 Voir note 1 R 22.3.
  3. 18.7 A ne pas confondre avec le prophète qui est l’auteur du livre de Michée et qui a vécu un siècle et demi plus tard.
  4. 18.16 Voir Nb 27.17; 1 R 22.17; Ez 34.5; Mt 9.36; Mc 6.34.
  5. 18.23 Autre traduction: l’Esprit de l’Eternel.
  6. 18.25 L’expression fils du roi désigne peut-être ici un haut fonctionnaire du roi.

Read More of 2 Chroniques 18