1 Rois 9:10-28

Les dons de villes à Hiram en échange des matériaux

Salomon mit vingt ans pour construire les deux édifices: le temple de l’Eternel et le palais royal. Comme Hiram, le roi de Tyr, lui avait fourni autant d’or et de bois de cèdre et de cyprès qu’il avait voulu, Salomon lui céda vingt villes dans la région de Galilée. Hiram vint de Tyr pour examiner les villes que lui donnait Salomon. Mais elles ne lui plurent pas et il s’exclama: Qu’est-ce que ces villes que tu m’as données là, mon allié?

Et il les appela pays de Kaboul (Sans valeur), nom qu’elles ont conservé jusqu’à ce jour. Hiram avait envoyé au roi trois tonnes et demie d’or.

Les réalisations et les activités diverses de Salomon

Le roi Salomon avait organisé des corvées pour la construction du temple de l’Eternel, du palais royal, pour l’aménagement des terres pour des cultures en terrasse, ainsi que pour la construction du rempart qui entoure Jérusalem et les villes de Hatsor, Meguiddo et Guézer.

Le pharaon, roi d’Egypte, s’était mis en campagne pour s’emparer de Guézer, il l’avait incendiée après avoir tué les Cananéens qui l’habitaient. Plus tard, il l’avait donnée en cadeau de noces à sa fille lorsqu’elle était devenue la femme de Salomon. Salomon reconstruisit Guézer ainsi que Beth-Horôn la Basse[a], Baalath[b] et Tadmor[c] dans la contrée désertique du pays, et toutes les villes qui lui servaient d’entrepôts[d] et celles où il tenait en réserve ses chars de guerre et ses équipages de char. Il construisit tout ce qu’il avait envie de construire à Jérusalem, au Liban et dans tout le pays soumis à son autorité. Il y avait une population qui n’était pas israélite: des Amoréens, des Hittites, des Phéréziens, des Héviens et des Yebousiens dont les descendants étaient restés dans le pays et que les Israélites n’avaient pu vouer à l’extermination. Salomon les employa comme esclaves de corvée, et ils le sont restés jusqu’à ce jour. Mais Salomon n’astreignit à l’esclavage aucun des Israélites; il les enrôla dans l’armée comme soldats, fonctionnaires, officiers, écuyers, chefs de ses chars et de ses soldats sur char. 550 fonctionnaires principaux dirigeaient les ouvriers qui exécutaient les travaux forcés effectués pour Salomon.

Lorsque la fille du pharaon déménagea de la cité de David dans le palais que Salomon lui avait fait construire, le roi en fit aménager les abords pour les cultures en terrasse.

Trois fois dans l’année[e], Salomon offrait des holocaustes et des sacrifices de communion sur l’autel qu’il avait fait construire à l’Eternel et il brûlait des parfums sur celui qui était dressé devant l’Eternel. C’est ainsi que le Temple fut mis en fonction.

Le roi Salomon arma aussi une flotte à Etsyôn-Guéber[f], près d’Eilath, sur les bords de la mer des Roseaux, dans le pays d’Edom. Hiram envoya à bord des navires des marins phéniciens expérimentés qui étaient à son service pour aider les serviteurs de Salomon. Ils parvinrent à Ophir[g], d’où ils rapportèrent plus de douze tonnes d’or qu’ils remirent au roi Salomon.


Footnotes
  1. 9.17 Beth-Horôn la Basse, située au nord-ouest de Jérusalem, à l’entrée du col par lequel on accédait aux montagnes de Juda et à la capitale.
  2. 9.18 Soit la ville de Jos 19.44, au sud-ouest de Beth-Horôn, soit celle de Jos 15.24, au sud d’Hébron.
  3. 9.18 Identifiée avec la grande oasis de Palmyre située dans le désert à l’est de la Syrie, à mi-chemin entre Damas et l’Euphrate; importante localité commerciale.
  4. 9.19 C’étaient des villes fortifiées qui servaient d’entrepôts de provisions pour les temps de guerre et de famine (2 Ch 32.28).
  5. 9.25 Aux trois grandes fêtes de l’année: fête des Pains sans levain, des Semaines et des Cabanes (Ex 23.14-17; Dt 16.16; 2 Ch 8.13).
  6. 9.26 Etsyôn-Guéber était située au sommet du bras nord-est de la mer Rouge, appelé golfe d’Aqaba (Nb 33.36), dans le territoire d’Edom soumis par David (2 S 8.13-14). La possession de ce port permettait à Salomon l’accès de la mer Rouge et de l’océan Indien.
  7. 9.28 Région aurifère souvent nommée dans la Bible (10.11; 22.49; Gn 10.29; 1 Ch 29.4; Jb 22.24; 28.16; Ps 45.10; Es 13.12). On en a proposé plusieurs localisations: Arabie, côte africaine des Somalis, Inde, Zimbabwe. Puisque les navires de Salomon mettaient trois ans pour leur expédition (10.22), Ophir se trouvait sans doute au-delà de la côte arabe.

Read More of 1 Rois 9

1 Rois 10

La visite de la reine de Saba

La reine de Saba[a] entendit parler de la réputation que Salomon avait acquise grâce à l’Eternel. Elle vint donc pour éprouver sa sagesse en lui posant des questions difficiles[b]. Elle arriva à Jérusalem avec une suite importante et des chameaux chargés d’épices, de parfums, d’or en très grande quantité et de pierres précieuses. Elle se présenta devant Salomon et lui parla de tout ce qu’elle avait sur le cœur. Salomon lui expliqua tout ce qu’elle demandait; rien n’était trop difficile pour lui, il n’y avait aucun sujet sur lequel il ne pouvait lui donner de réponse.

La reine de Saba constata combien Salomon était rempli de sagesse, elle vit le palais qu’il avait construit, les mets de sa table, le logement de ses serviteurs, l’organisation de leur service, leur tenue, ceux qui servaient à manger et à boire, et les holocaustes qu’il offrait dans le temple de l’Eternel. Elle en perdit le souffle et elle dit au roi: C’était donc bien vrai ce que j’avais entendu dire dans mon pays au sujet de tes propos et de ta sagesse! Je ne croyais pas ce qu’on en disait avant d’être venue ici et de l’avoir vu de mes propres yeux. Et voici qu’on ne m’en avait pas raconté la moitié de ce qui est. Ta sagesse et ta prospérité surpassent tout ce que j’avais entendu dire. Qu’ils en ont de la chance, tous ceux qui t’entourent et qui sont toujours en ta présence, de pouvoir profiter sans cesse de ta sagesse! Béni soit l’Eternel, ton Dieu, qui t’a témoigné sa faveur en te plaçant sur le trône d’Israël! C’est à cause de son amour éternel pour Israël que l’Eternel t’a établi roi pour que tu gouvernes avec justice et équité.

Ensuite, la reine fit cadeau au roi de trois tonnes et demie d’or, d’une très grande quantité de parfums et d’épices, et de pierres précieuses. En fait, il n’arriva plus jamais une aussi grande quantité de parfums et d’épices que celle que la reine de Saba offrit au roi Salomon.

Les richesses de Salomon

De plus, les navires de Hiram, qui rapportaient de l’or d’Ophir, ramenèrent aussi de là-bas une grande quantité de bois de santal, et des pierres précieuses. Le roi utilisa le bois de santal pour faire une balustrade pour le temple de l’Eternel et pour le palais royal ainsi que des lyres et des luths pour les musiciens. Plus jamais, pareil bois de santal ne fut importé et l’on n’en a plus vu jusqu’à aujourd’hui. Le roi Salomon donna à la reine de Saba tout ce qu’elle désirait et ce qu’elle demanda; de plus, il lui fit des présents dignes d’un roi tel que Salomon. Après cela, elle s’en retourna dans son pays, accompagnée de ses serviteurs.

(2 Ch 1.14-17; 9.13-28)

Chaque année, Salomon recevait vingt tonnes d’or, sans compter le produit des taxes payées par les importateurs et les marchands, ainsi que les tributs versés par tous les rois occidentaux et les impôts perçus par les gouverneurs du pays.

Le roi Salomon fit fabriquer deux cents grands boucliers d’or battu, pour lesquels on employa six kilogrammes d’or par pièce, et trois cents petits boucliers d’or battu pour chacun desquels on employa un kilo et demi d’or. Le roi les fit placer dans le palais de la Forêt-du-Liban. Il fit aussi fabriquer un grand trône d’ivoire plaqué d’or fin. Six marches y conduisaient, le dossier était arrondi, et il y avait des accoudoirs de part et d’autre du siège, avec, à côté d’eux, deux lions sculptés. Douze lions se tenaient debout de part et d’autre des six marches. Rien de semblable n’existait dans aucun royaume. Tout le service à boisson du roi Salomon était en or, et toute la vaisselle du palais de la Forêt-du-Liban en or fin. Rien n’était en argent, car, du temps du roi Salomon, l’argent était considéré comme un métal sans grande valeur. En effet, le roi disposait d’une flotte de navires au long cours[c] qui naviguaient avec ceux de Hiram et qui, tous les trois ans, revenaient chargés d’or, d’argent, d’ivoire, de singes et de paons.

Conclusion

Le roi Salomon surpassa tous les rois de la terre par sa richesse et sa sagesse. Tous les gens de la terre cherchaient à le rencontrer pour se mettre à l’écoute de la sagesse que Dieu lui avait donnée. Et chaque année, ces visiteurs lui apportaient leurs présents: des objets d’argent et d’or, des vêtements, des armes, des épices et des parfums, des chevaux et des mulets.

Des chevaux importés d’Egypte – trop d’argent et d’or

Salomon se procura mille quatre cents chars et douze mille hommes d’équipage pour ces chars. Il les cantonna dans les villes de garnison ainsi qu’auprès de lui à Jérusalem[d]. Le roi rendit l’argent aussi commun à Jérusalem que les pierres, et les cèdres aussi nombreux que les sycomores qui croissent dans la plaine côtière le long de la Méditerranée. Les chevaux de Salomon étaient importés d’Egypte[e] par convois; une caravane de marchands du roi allait les acheter par convois[f] contre leur prix. Chaque char qu’ils importaient d’Egypte revenait à six cents pièces d’argent et chaque cheval à cent cinquante. Ces marchands en importaient dans les mêmes conditions pour tous les rois des Hittites et pour les rois de Syrie.


Footnotes
  1. 10.1 Royaume situé au sud-ouest de l’Arabie, par lequel passaient les routes commerçantes allant d’Inde et d’Afrique orientale à Damas et Gaza (Es 60.6; Jr 6.20; Ps 72.10).
  2. 10.1 Voir v. 1-9: allusion en Mt 12.42; Lc 11.31.
  3. 10.22 En hébreu, ces navires au long cours sont appelés navires de Tarsis. Tarsis était une colonie phénicienne située probablement sur la côte atlantique de l’Espagne, près de l’actuelle Cadix. Les navires qui se rendaient à Tarsis (2 Ch 20.35-37) semblent avoir donné leur nom à tout navire partant pour une expédition lointaine.
  4. 10.26 Voir 5.6. Pour la section 10.26 à 11.3, voir Dt 17.16-17.
  5. 10.28 Il pourrait s’agir non d’Egypte (en hébreu: mizrim) mais de Muzur, une région de Cilicie. De même au v. 29. Les Mousrites étaient installés en Cilicie et s’adonnaient à l’élevage des chevaux.
  6. 10.28 Autre traduction: à Qevé.

Read More of 1 Rois 10

1 Rois 11:1-13

Les femmes de Salomon – son idolâtrie

Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères, outre la fille du pharaon: des Moabites, des Ammonites, des Edomites, des Sidoniennes, des Hittites. Elles venaient de ces peuples étrangers au sujet desquels l’Eternel avait dit aux Israélites: «Vous ne vous unirez pas à eux, et ils ne s’uniront pas à vous; sinon ils détourneront votre cœur et vous entraîneront à adorer leurs dieux[a].» Or, c’est précisément à des femmes de ces peuples-là que Salomon s’attacha, entraîné par l’amour. Il eut sept cents épouses de rang princier et trois cents épouses de second rang, et toutes ces femmes détournèrent son cœur. En effet, lorsque Salomon fut devenu vieux, ses femmes détournèrent son cœur vers des dieux étrangers, de sorte que son cœur n’appartint plus sans réserve à l’Eternel son Dieu, à la différence de son père David. Il pratiqua le culte d’Astarté, la déesse des Sidoniens, et celui de Milkom, l’idole abominable des Ammonites. Il fit ce que l’Eternel considère comme mal, car il n’obéit pas pleinement à l’Eternel comme l’avait fait son père David. A cette époque, Salomon bâtit sur la colline à l’est de Jérusalem[b] un haut lieu pour Kemosh[c], l’idole abominable de Moab, et pour Milkom[d], l’idole abominable des Ammonites. Il fit de même pour toutes ses femmes étrangères pour qu’elles puissent offrir des parfums et des sacrifices à leurs dieux.

L’annonce des sanctions

L’Eternel, qui était apparu deux fois[e] à Salomon, s’irrita contre lui, parce que son cœur s’était détaché de l’Eternel, le Dieu d’Israël. Il lui avait pourtant donné des ordres sur ce point, lui défendant de s’attacher à des dieux étrangers, mais Salomon désobéit aux ordres de l’Eternel. Alors l’Eternel lui dit: Puisque tu te conduis ainsi et que tu n’as pas respecté mon alliance et les ordres que je t’avais donnés, je t’arracherai la royauté et je la donnerai à l’un de tes sujets. Toutefois, à cause de ton père David, je n’accomplirai pas cette menace de ton vivant, mais j’arracherai le royaume à ton fils. Encore, je ne lui enlèverai pas tout le royaume, je lui laisserai une tribu à cause de mon serviteur David et à cause de Jérusalem, la ville que j’ai choisie.


Footnotes
  1. 11.2 Voir Ex 34.15-16; Dt 7.3-4.
  2. 11.7 C’est-à-dire le mont des Oliviers, appelé mont de la Destruction dans 2 R 23.13.
  3. 11.7 Voir Nb 21.29; Jr 48.7, 13, 16.
  4. 11.7 D’après l’ancienne version grecque (voir v. 5 et 33). Le texte hébreu traditionnel a: Molok.
  5. 11.9 Voir 1 R 3.4-15; 9.1-9.

Read More of 1 Rois 11