1 Corinthiens 10:14-33

S’abstenir de pratiques idolâtres

Pour toutes ces raisons, chers amis, je vous en conjure: fuyez le culte des idoles.

Je vous parle là comme à des gens raisonnables: jugez vous-mêmes de ce que je dis. La «coupe de reconnaissance»[a], pour laquelle nous remercions Dieu, ne signifie-t-elle pas que nous sommes au bénéfice du sacrifice de Christ qui a versé son sang pour nous? Et le pain que nous rompons, ne signifie-t-il pas que nous sommes au bénéfice du corps de Christ offert pour nous? Comme il n’y a qu’un seul pain, nous tous, malgré notre grand nombre, nous ne formons qu’un seul corps, puisque nous partageons entre tous ce pain unique.

Pensez à ce qui se passe dans le peuple d’Israël, j’entends Israël au sens national: ceux qui mangent les victimes offertes en sacrifice ne sont-ils pas au bénéfice du sacrifice offert sur l’autel[b]?

Cela signifierait-il qu’une viande, parce qu’elle est sacrifiée à une idole, prend une valeur particulière? Ou que l’idole ait quelque réalité? Certainement pas! Mais je dis que les sacrifices des païens sont offerts à des démons et à ce qui n’est pas Dieu[c]. Or, je ne veux pas que vous ayez quoi que ce soit de commun avec les démons[d]. Vous ne pouvez boire à la coupe du Seigneur et en même temps à celle des démons. Vous ne pouvez pas manger à la table du Seigneur et à celle des démons. Ou bien, voulons-nous provoquer le Seigneur dont l’amour est exclusif? Nous croyons-nous plus forts que lui?

Faire tout pour la gloire de Dieu

Oui, tout m’est permis, mais tout n’est pas bon pour nous. Tout est permis mais tout n’aide pas à grandir dans la foi.

Que chacun de vous, au lieu de songer seulement à lui-même, recherche aussi les intérêts des autres.

Vous pouvez manger de tout ce qui se vend au marché sans vous poser de questions, par scrupule de conscience, sur l’origine de ces aliments. Car la terre et ses richesses appartiennent au Seigneur[e].

Si un non-croyant vous invite[f] et que vous désiriez accepter son invitation, mangez tranquillement de tout ce que l’on vous servira, sans vous poser de questions par scrupule de conscience. Mais si quelqu’un vous dit: «Cette viande a été offerte en sacrifice à une idole», alors n’en mangez pas à cause de celui qui vous a prévenus et pour des raisons de conscience. – Par conscience, j’entends, évidemment, non la vôtre, mais la sienne. – Pourquoi, en effet, exposerais-je ma liberté à être condamnée du fait qu’un autre a des scrupules de conscience? Si je mange en remerciant Dieu, pourquoi serais-je critiqué au sujet d’un aliment pour lequel je rends grâce à Dieu?

Ainsi, que vous mangiez, que vous buviez, bref, quoi que ce soit que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu.

Mais que rien, dans votre comportement, ne soit une occasion de chute, ni pour les Juifs, ni pour les païens, ni pour les membres de l’Eglise de Dieu. Agissez comme moi qui m’efforce, en toutes choses, de m’adapter à tous. Je ne considère pas ce qui me serait avantageux, mais je recherche le bien du plus grand nombre pour leur salut.


Footnotes
  1. 10.16 Voir Mt 26.26-28 et parallèles.
  2. 10.18 Voir Lv 6.11; 7.6, 15.
  3. 10.20 Dt 32.17 cité selon l’ancienne version grecque.
  4. 10.20 Participer à un banquet religieux impliquait d’être en communion avec la divinité à laquelle le temple était consacré. Or, l’apôtre dit que derrière ces divinités se cachent des démons.
  5. 10.26 Ps 24.1.
  6. 10.27 A un repas chez lui, non dans un temple païen.

Read More of 1 Corinthiens 10

1 Corinthiens 11:1

Suivez donc mon exemple, comme moi, de mon côté, je suis celui de Christ.

Read More of 1 Corinthiens 11