2 Rois 23:36-25:21

Le règne de Yehoyaqim sur Juda

Yehoyaqim avait vingt-cinq ans à son avènement, et il régna onze ans à Jérusalem[a]. Sa mère s’appelait Zeboudda, elle était fille de Pedaya de Rouma. Il fit ce que l’Eternel considère comme mal, tout comme ses ancêtres[b].

La première invasion babylonienne

Sous le règne de Yehoyaqim, Nabuchodonosor, roi de Babylone[c], l’attaqua[d] et Yehoyaqim fut assujetti à Nabuchodonosor pendant trois ans, puis il se révolta de nouveau contre lui[e]. Alors l’Eternel déchaîna contre lui des bandes de Chaldéens, des bandes de Syriens, de Moabites et d’Ammonites. Il les dressa contre le royaume de Juda pour le faire disparaître comme il l’avait annoncé par l’intermédiaire de ses serviteurs, les prophètes. Ces malheurs arrivèrent uniquement sur l’ordre de l’Eternel, parce qu’il voulait chasser Juda loin de lui à cause de tous les péchés commis par Manassé, et parce qu’il avait tué beaucoup d’innocents dont le sang avait rempli Jérusalem. Car l’Eternel ne voulait plus pardonner[f].

Les autres faits et gestes de Yehoyaqim et toutes ses réalisations sont cités dans le livre des Annales des rois de Juda. Il rejoignit ses ancêtres décédés et son fils Yehoyakîn lui succéda sur le trône.

A cette époque, le roi d’Egypte cessa ses expéditions militaires, car le roi de Babylone s’était emparé de tous les territoires qui, depuis le torrent bordant la frontière nord de l’Egypte jusqu’à l’Euphrate, avaient été sous domination égyptienne.

Le règne de Yehoyakîn sur Juda

Yehoyakîn était âgé de dix-huit ans à son avènement, et il régna trois mois à Jérusalem[g]. Sa mère s’appelait Nehoushta, elle était fille d’Elnathan, de Jérusalem. Il fit ce que l’Eternel considère comme mal, tout comme son père.

Le siège de Jérusalem et la déportation de sa population

Pendant son règne, les officiers de Nabuchodonosor, roi de Babylone, marchèrent avec leurs troupes contre Jérusalem et l’assiégèrent. Nabuchodonosor lui-même vint sur place pendant le siège. Alors Yehoyakîn, roi de Juda, se rendit au roi de Babylone, avec sa mère, ses ministres, ses officiers et ses hauts fonctionnaires. Ils furent faits prisonniers par le roi de Babylone la huitième année de son règne[h]. Nabuchodonosor emporta tous les trésors du temple de l’Eternel et les trésors du palais royal après avoir mis en pièces tous les ustensiles d’or que Salomon, roi d’Israël, avait fabriqués pour le temple de l’Eternel. Ainsi s’accomplit ce que l’Eternel avait annoncé[i]. Il déporta toute la population de Jérusalem, tous les dirigeants et tous les militaires, tous les artisans et les forgerons : en tout, dix mille personnes prirent le chemin de l’exil ; seule la population la plus pauvre resta dans le pays. Yehoyakîn fut déporté de Jérusalem à Babylone avec sa mère, ses femmes, ses hauts fonctionnaires et les puissants du pays[j]. Le roi de Babylone emmena aussi en exil dans son pays les sept mille militaires, mille artisans et forgerons et tous les guerriers entraînés au combat.

Il établit comme roi à la place de Yehoyakîn l’oncle de celui-ci, Mattania, dont il changea le nom en Sédécias.

Le règne de Sédécias sur Juda

Sédécias avait vingt et un ans à son avènement. Il régna onze ans à Jérusalem[k]. Sa mère s’appelait Hamoutal, elle était fille de Jérémie, de Libna. Il fit ce que l’Eternel considère comme mal, tout comme Yehoyaqim. Tout cela arriva parce que l’Eternel était en colère contre Jérusalem et Juda, au point de les chasser loin de lui.

Or, Sédécias se révolta contre le roi de Babylone.

Le nouveau siège de Jérusalem et la déportation de Sédécias

La neuvième année de son règne, le dixième jour du dixième mois[l], Nabuchodonosor, roi de Babylone, vint avec toute son armée attaquer Jérusalem ; il établit son camp devant la ville et construisit des terrassements tout autour[m]. La ville resta assiégée jusqu’à la onzième année du règne de Sédécias[n]. Le neuvième jour du [quatrième] mois, alors que la famine sévissait durement dans la ville et que la population du pays n’avait plus rien à manger[o], une brèche fut ouverte dans le rempart de la ville. A la nuit tombée, le roi et tous les soldats de Juda passèrent par la porte qui se trouvait entre les deux remparts et qui donnait sur le jardin du roi, tandis que la ville était encerclée par les Chaldéens, et ils prirent le chemin de la vallée du Jourdain. Mais l’armée des Chaldéens se lança à la poursuite du roi et le rattrapa dans la plaine de Jéricho. Alors tous ses soldats se dispersèrent loin de lui. Les Chaldéens se saisirent du roi et l’amenèrent au roi de Babylone, à Ribla, et ils prononcèrent leur jugement contre lui. Ils égorgèrent les fils de Sédécias sous ses yeux, puis on creva les yeux à Sédécias et on le lia avec une double chaîne de bronze. Après cela, on le déporta à Babylone.

La prise de Jérusalem et la déportation de la population de Juda

Le septième jour du cinquième mois – c’était la dix-neuvième année du règne de Nabuchodonosor, roi de Babylone – Nebouzaradân, chef de la garde impériale et officier du roi de Babylone, fit son entrée à Jérusalem. Il mit le feu au temple de l’Eternel, au palais royal, à toutes les maisons, et à tous les édifices importants de la ville. Les troupes chaldéennes, sous les ordres du chef de la garde, démantelèrent les remparts qui entouraient la ville. Nebouzaradân, chef de la garde impériale, déporta le reste de la population qui était demeuré dans la ville, ceux qui s’étaient déjà rendus au roi de Babylone ainsi que ce qui restait des habitants. Mais il laissa une partie des gens pauvres du pays pour cultiver les vignes et les champs.

Les Chaldéens mirent en pièces les colonnes de bronze[p] du temple de l’Eternel, les chariots[q] et la grande cuve de bronze[r] qui étaient dans le parvis, et ils emportèrent le bronze à Babylone. Ils prirent aussi les chaudrons, les pelles, les couteaux, les coupes et tous les autres objets de bronze employés pour le culte. Le chef de la garde s’empara de tous les objets d’or et d’argent massif : les brasiers et les coupes à aspersion[s]. On ne saurait évaluer le poids de bronze des deux colonnes, de la grande cuve et des chariots que Salomon avait fait faire pour le temple de l’Eternel. Chaque colonne avait neuf mètres de haut, elle était surmontée d’un chapiteau de bronze d’un mètre cinquante de haut, entouré d’un treillis décoré de grenades. Le tout était en bronze ; les deux colonnes et leurs treillis étaient identiques.

Le chef de la garde fit prisonnier le grand-prêtre Seraya, Sophonie, le prêtre en second, et les trois prêtres chargés de surveiller l’entrée du Temple. Il arrêta aussi dans la ville un haut responsable militaire, cinq conseillers du roi qui étaient restés dans la ville, le secrétaire du chef de l’armée chargé de recruter les soldats dans le pays et soixante Judéens qui se trouvaient dans la ville. Nebouzaradân, chef de la garde, emmena tous ces prisonniers au roi de Babylone, à Ribla. Celui-ci les fit exécuter à Ribla, dans le pays de Hamath. Ainsi la population de Juda fut déportée loin de sa patrie.


Footnotes
  1. 23.36 609 à 598 av. J.-C.
  2. 23.37 Pour les v. 36-37, voir Jr 22.18-19 ; 26.1-6.
  3. 24.1 Fils de Nabopolassar, Nabuchodonosor a été le plus grand roi de l’Empire néo-babylonien (612 à 539 av. J.-C.) et a régné de 605 à 562 av. J.-C.
  4. 24.1 Après avoir défait les Egyptiens à Karkemish et à Hamath (Jr 46.2), Nabuchodonosor entreprit de conquérir tout « le pays des Hatti » qui comprenait le royaume de Juda (vers 605 av. J.-C. ; voir Dn 1.1-2).
  5. 24.1 Cette révolte a dû avoir lieu en 601 av. J.-C.
  6. 24.4 Voir 21.10-16.
  7. 24.8 Yehoyakîn est appelé Yekonia dans 1 Ch 3.16 et Konia dans Jr 22.24. Il ne régna que trois mois comme vassal du roi de Babylone (de décembre 598 à mars 597 av. J.-C.).
  8. 24.12 Voir Jr 22.24-30 ; 24.1 ; 29.2.
  9. 24.13 Voir 2 R 20.17.
  10. 24.15 Cf. Jr 22.24-30 ; 24.1-10 ; 29.1-2 ; Ez 17.12.
  11. 24.18 De 597 à 587 av. J.-C. Sur le règne de Sédécias, voir Jr 37 et 38.
  12. 25.1 C’est-à-dire le 15 janvier 588 (voir Jr 39.1 ; 52.4 ; Ez 24.1-2).
  13. 25.1 Voir Jr 21.1-10 ; 34.1-5 ; Ez 24.2.
  14. 25.2 Jérusalem était bien fortifiée et occupait un site facile à défendre. Nabuchodonosor n’en vint à bout qu’après un siège d’un an et demi, réduisant la ville à une terrible famine (Lm 4.3-10 ; Ez 4.16 ; 5.10 ; Jr 21 ; 24 ; 37 à 39 ; 52).
  15. 25.3 Le mot entre crochets ne se trouve pas dans le texte hébreu traditionnel. Il est rajouté d’après Jr 52.6. Il s’agirait de juin-juillet 587 av. J.-C.
  16. 25.13 Voir 1 R 7.15-22.
  17. 25.13 Voir 1 R 7.27-37.
  18. 25.13 Voir 1 R 7.23-26.
  19. 25.15 Voir 1 R 7.45-51.

Read More of 2 Rois 23