King James Version

Song of Solomon 8:1-14

1O that thou wert as my brother, that sucked the breasts of my mother! when I should find thee without, I would kiss thee; yea, I should not be despised.8.1 I should not…: Heb. they should not despise me 2I would lead thee, and bring thee into my mother’s house, who would instruct me: I would cause thee to drink of spiced wine of the juice of my pomegranate. 3His left hand should be under my head, and his right hand should embrace me. 4I charge you, O daughters of Jerusalem, that ye stir not up, nor awake my love, until he please.8.4 that…: Heb. why should ye stir up, or, why, etc

5Who is this that cometh up from the wilderness, leaning upon her beloved? I raised thee up under the apple tree: there thy mother brought thee forth: there she brought thee forth that bare thee.

6¶ Set me as a seal upon thine heart, as a seal upon thine arm: for love is strong as death; jealousy is cruel as the grave: the coals thereof are coals of fire, which hath a most vehement flame.8.6 cruel: Heb. hard 7Many waters cannot quench love, neither can the floods drown it: if a man would give all the substance of his house for love, it would utterly be contemned.

8¶ We have a little sister, and she hath no breasts: what shall we do for our sister in the day when she shall be spoken for? 9If she be a wall, we will build upon her a palace of silver: and if she be a door, we will inclose her with boards of cedar. 10I am a wall, and my breasts like towers: then was I in his eyes as one that found favour.8.10 favour: Heb. peace 11Solomon had a vineyard at Baal-hamon; he let out the vineyard unto keepers; every one for the fruit thereof was to bring a thousand pieces of silver. 12My vineyard, which is mine, is before me: thou, O Solomon, must have a thousand, and those that keep the fruit thereof two hundred.

13Thou that dwellest in the gardens, the companions hearken to thy voice: cause me to hear it.

14¶ Make haste, my beloved, and be thou like to a roe or to a young hart upon the mountains of spices.8.14 Make…: Heb. Flee away

La Bible du Semeur

Cantiques 8:1-14

1Ah, que n’es-tu mon frère

allaité par ma mère !

Te rencontrant dehors, |je pourrais t’embrasser

sans que l’on me méprise,

2je pourrais t’emmener, |je te ferais entrer |au foyer de ma mère,

de celle qui m’a enseignée8.2 Autre traduction : là, tu m’enseignerais.

et je te ferais boire |du bon vin parfumé

de mon jus de grenades.

3Son bras gauche soutient ma tête,

et son bras droit m’enlace.

4O filles de Jérusalem, |oh, je vous en conjure,

n’éveillez pas, |non, ne réveillez pas l’amour

avant qu’il ne le veuille8.4 Voir 2.7 et note ; 3.5.. »

Le chœur

5« Qui donc est celle-ci |qui monte du désert

s’appuyant sur son bien-aimé ? »

L’amour : fort comme la mort

« C’est dessous le pommier |que je t’ai réveillé,

à l’endroit où ta mère |t’avait conçu,

oui, au lieu même où te conçut |celle qui devait t’enfanter.

6Mets-moi comme un sceau8.6 Le sceau imprimait le signe d’authenticité sur les actes officiels (il remplaçait notre signature). On le portait toujours avec soi, attaché à un cordon autour du cou (sur ton cœur) ou porté au doigt (sur ton bras). sur ton cœur,

comme un sceau sur ton bras.

L’amour est fort |comme la mort,

et la passion |est inflexible |comme le séjour des défunts.

Les flammes de l’amour |sont des flammes ardentes,

une flamme venant de l’Eternel8.6 Autre traduction : une flamme intense à l’extrême..

7Même de grosses eaux |ne peuvent éteindre l’amour,

et des fleuves puissants |ne l’emporteront pas.

L’homme qui offrirait |tous les biens qu’il possède |pour acheter l’amour

n’obtiendrait que mépris. »

La petite sœur

8« Nous avons une sœur,

elle est petite encore, |sa poitrine n’est pas formée,

que ferons-nous pour notre sœur

lorsqu’il sera question |de la marier ? »

9« Si elle est un rempart,

nous bâtirons sur elle |des créneaux en argent.

Si elle est une porte,

nous, nous la bloquerons |d’un madrier de cèdre.

10Moi, je suis un rempart,

mes seins en sont les tours.

Aussi ai-je trouvé la paix, |auprès de lui. »

La vigne de Salomon

11« Salomon avait une vigne |à Baal-Hamôn8.11 Baal-Hamôn : lieu non identifié ; il s’agit peut-être d’un nom symbolique, signifiant : maître d’une multitude, et faisant allusion au harem de Salomon.,

il la remit à des gardiens.

Pour en payer le fruit, |chacun d’eux lui donnait |un millier de pièces d’argent.

12Ma vigne à moi est devant moi.

Toi, Salomon, tu peux avoir |ton millier de pièces d’argent,

puis, deux cents pièces |seront données à ceux |qui ont gardé ses fruits. »

Fais-moi entendre ta voix

13« Toi qui habites les jardins,

des compagnons prêtent l’oreille,

oh ! fais-moi entendre ta voix ! »

14« Enfuis-toi vite, toi mon bien-aimé,

et sois pareil à la gazelle |ou à un jeune faon,

sur les monts embaumés. »