La Bible du Semeur

Luc 15

Perdus et retrouvés

1Les collecteurs d’impôts et autres pécheurs notoires se pressaient tous autour de Jésus, avides d’écouter ses paroles. Les pharisiens et les spécialistes de la Loi s’en indignaient et disaient: Cet individu fréquente des pécheurs notoires et s’attable avec eux[a]!

Alors Jésus leur répondit par cette parabole: Si l’un de vous possède cent brebis, et que l’une d’elles vienne à se perdre, n’abandonnera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres au pâturage pour aller à la recherche de celle qui est perdue jusqu’à ce qu’il l’ait trouvée?

Et quand il l’a retrouvée, avec quelle joie il la charge sur ses épaules pour la ramener! Aussitôt rentré chez lui, il appelle ses amis et ses voisins et leur dit: «Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis qui était perdue.»

Je vous assure qu’il en est de même au ciel: il y aura plus de joie pour un seul pécheur qui change profondément, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de changer.

Ou bien, supposez qu’une femme ait dix pièces d’argent et qu’elle en perde une, ne s’empressera-t-elle pas d’allumer une lampe, de balayer sa maison et de chercher soigneusement dans tous les recoins jusqu’à ce qu’elle ait retrouvé sa pièce? Et quand elle l’a trouvée, elle rassemble ses amies et ses voisines et leur dit: «Réjouissez-vous avec moi, j’ai retrouvé la pièce que j’avais perdue.» 10 De même, je vous le déclare, il y a de la joie parmi les anges de Dieu pour un seul pécheur qui change.

11 Puis il poursuivit: Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune lui dit: «Mon père, donne-moi ma part d’héritage, celle qui doit me revenir.»

Et le père fit le partage de ses biens entre ses fils.

13 Quelques jours plus tard, le cadet vendit tout ce qu’il avait reçu et s’en alla dans un pays lointain. Là, il gaspilla sa fortune en menant grande vie. 14 Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays-là et il commença à manquer du nécessaire.

15 Alors il alla se faire embaucher par l’un des propriétaires de la contrée. Celui-ci l’envoya dans les champs garder les porcs[b]. 16 Le jeune homme aurait bien voulu apaiser sa faim avec les caroubes[c] que mangeaient les bêtes, mais personne ne lui en donnait.

17 Alors, il se mit à réfléchir sur lui-même et se dit: «Tous les ouvriers de mon père peuvent manger autant qu’ils veulent, alors que moi, je suis ici à mourir de faim! 18 Je vais me mettre en route, j’irai trouver mon père et je lui dirai: Mon père, j’ai péché contre Dieu et contre toi. 19 Je ne mérite plus d’être considéré comme ton fils. Accepte-moi comme l’un de tes ouvriers.»

20 Il se mit donc en route pour se rendre chez son père. Comme il se trouvait encore à une bonne distance de la maison, son père l’aperçut et fut pris d’une profonde pitié pour lui. Il courut à la rencontre de son fils, se jeta à son cou et l’embrassa longuement.

21 Le fils lui dit: «Mon père, j’ai péché contre Dieu et contre toi, je ne mérite plus d’être considéré comme ton fils … »

22 Mais le père dit à ses serviteurs: «Allez vite chercher un habit, le meilleur que vous trouverez, et mettez-le-lui; passez-lui une bague au doigt et chaussez-le de sandales. 23 Amenez le veau que nous avons engraissé et tuez-le. Nous allons faire un grand festin et nous réjouir, 24 car voici, mon fils était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et je l’ai retrouvé.»

Et ils commencèrent à festoyer dans la joie.

25 Pendant ce temps, le fils aîné travaillait aux champs. Sur le chemin du retour, quand il arriva près de la maison, il entendit de la musique et des danses. 26 Il appela un des serviteurs et lui demanda ce qui se passait. 27 Le garçon lui répondit: «C’est ton frère qui est de retour. Ton père a tué le veau gras en son honneur parce qu’il l’a retrouvé sain et sauf.»

28 Alors le fils aîné se mit en colère et refusa de franchir le seuil de la maison. Son père sortit et l’invita à entrer. 29 Mais lui répondit: «Cela fait tant et tant d’années que je suis à ton service; jamais je n’ai désobéi à tes ordres. Et pas une seule fois tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. 30 Mais quand celui-là revient, “ton fils” qui a mangé ta fortune avec des prostituées, pour lui, tu tues le veau gras!

31 – Mon enfant, lui dit le père, tu es constamment avec moi, et tous mes biens sont à toi; 32 mais il fallait bien faire une fête et nous réjouir, puisque ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, puisqu’il était perdu et voici qu’il est retrouvé.»

Notas al pie

  1. 15.2 En mangeant avec des personnes en état d’impureté rituelle (ce qu’étaient les gens cités au v. 1), on se mettait soi-même, selon les rabbins, dans le même état.
  2. 15.15 Voir note Mt 8.30.
  3. 15.16 Les caroubes étaient des gousses contenant une pulpe à saveur douceâtre.

New Living Translation

Luke 15

Parable of the Lost Sheep

1Tax collectors and other notorious sinners often came to listen to Jesus teach. This made the Pharisees and teachers of religious law complain that he was associating with such sinful people—even eating with them!

So Jesus told them this story: “If a man has a hundred sheep and one of them gets lost, what will he do? Won’t he leave the ninety-nine others in the wilderness and go to search for the one that is lost until he finds it? And when he has found it, he will joyfully carry it home on his shoulders. When he arrives, he will call together his friends and neighbors, saying, ‘Rejoice with me because I have found my lost sheep.’ In the same way, there is more joy in heaven over one lost sinner who repents and returns to God than over ninety-nine others who are righteous and haven’t strayed away!

Parable of the Lost Coin

“Or suppose a woman has ten silver coins[a] and loses one. Won’t she light a lamp and sweep the entire house and search carefully until she finds it? And when she finds it, she will call in her friends and neighbors and say, ‘Rejoice with me because I have found my lost coin.’ 10 In the same way, there is joy in the presence of God’s angels when even one sinner repents.”

Parable of the Lost Son

11 To illustrate the point further, Jesus told them this story: “A man had two sons. 12 The younger son told his father, ‘I want my share of your estate now before you die.’ So his father agreed to divide his wealth between his sons.

13 “A few days later this younger son packed all his belongings and moved to a distant land, and there he wasted all his money in wild living. 14 About the time his money ran out, a great famine swept over the land, and he began to starve. 15 He persuaded a local farmer to hire him, and the man sent him into his fields to feed the pigs. 16 The young man became so hungry that even the pods he was feeding the pigs looked good to him. But no one gave him anything.

17 “When he finally came to his senses, he said to himself, ‘At home even the hired servants have food enough to spare, and here I am dying of hunger! 18 I will go home to my father and say, “Father, I have sinned against both heaven and you, 19 and I am no longer worthy of being called your son. Please take me on as a hired servant.”’

20 “So he returned home to his father. And while he was still a long way off, his father saw him coming. Filled with love and compassion, he ran to his son, embraced him, and kissed him. 21 His son said to him, ‘Father, I have sinned against both heaven and you, and I am no longer worthy of being called your son.[b]

22 “But his father said to the servants, ‘Quick! Bring the finest robe in the house and put it on him. Get a ring for his finger and sandals for his feet. 23 And kill the calf we have been fattening. We must celebrate with a feast, 24 for this son of mine was dead and has now returned to life. He was lost, but now he is found.’ So the party began.

25 “Meanwhile, the older son was in the fields working. When he returned home, he heard music and dancing in the house, 26 and he asked one of the servants what was going on. 27 ‘Your brother is back,’ he was told, ‘and your father has killed the fattened calf. We are celebrating because of his safe return.’

28 “The older brother was angry and wouldn’t go in. His father came out and begged him, 29 but he replied, ‘All these years I’ve slaved for you and never once refused to do a single thing you told me to. And in all that time you never gave me even one young goat for a feast with my friends. 30 Yet when this son of yours comes back after squandering your money on prostitutes, you celebrate by killing the fattened calf!’

31 “His father said to him, ‘Look, dear son, you have always stayed by me, and everything I have is yours. 32 We had to celebrate this happy day. For your brother was dead and has come back to life! He was lost, but now he is found!’”

Notas al pie

  1. 15:8 Greek ten drachmas. A drachma was the equivalent of a full day’s wage.
  2. 15:21 Some manuscripts add Please take me on as a hired servant.