La Bible du Semeur

Cantiques 6:1-12

Le chœur

1« Où est allé ton bien-aimé,

ô toi la plus belle des femmes ?

De quel côté s’est-il tourné, |ton bien-aimé ?

Nous t’aiderons à le chercher. »

Le lien de l’amour

2« Mon bien-aimé |est descendu dans son jardin,

vers ses parterres d’aromates,

afin de paître |dans les jardins

et d’y cueillir des lis.

3Moi, je suis à mon bien-aimé |et mon bien-aimé est à moi,

il paît parmi les lis6.3 Voir 2.16 ; 7.11.. »

La plus belle de toutes6.4 Dans 6.4-10, le rythme de la traduction accentue les 1re, 4e et 7e syllabes.

4« Que tu es belle, |ô mon amie, |comme Tirtsa6.4 Tirtsa : ancienne ville cananéenne du centre du pays (Jos 12.24), choisie par Jéroboam Ier (930 à 909 av. J.-C.) comme la première capitale du royaume du Nord (1 R 14.17). Son nom signifie « plaisir, beauté »..

Tu es superbe |comme Jérusalem,

et redoutable comme des soldats

rangés sous leur bannière.

5Détourne de moi tes yeux, |car ils me troublent,

ta chevelure |est comme un troupeau de chèvres

dévalant le mont Galaad.

6Tes dents ressemblent |à un troupeau de brebis

qui reviendrait du lavoir.

Chacune d’elles |a sa jumelle,

aucune n’est solitaire.

7Et tes tempes ressemblent |à des moitiés de grenades

dessous ton voile.

8Les reines sont soixante

et quatre-vingts |les épouses de second rang,

les jeunes filles sont sans nombre.

9Mais elle, ma colombe, |ma parfaite est unique.

Elle est unique pour sa mère, la préférée |de celle qui l’a enfantée.

Les jeunes filles, |en la voyant, |la disent bienheureuse.

Toutes les reines, |et les épouses |de second rang |font son éloge. »

Le chœur

10« Qui donc est celle |qui apparaît |comme l’aurore

et qui est belle |comme la lune, |brillante comme le soleil

et redoutable comme des soldats

rangés sous leur bannière6.10 D’autres comprennent : comme ces astres admirables. ? »

Poussée par le désir

11« Je venais de descendre |au jardin des noyers

pour regarder les pousses |dans le vallon

et pour voir si la vigne |avait déjà fleuri,

et si les grenadiers |étaient déjà en fleurs.

12Je ne sais pas comment |je me suis retrouvée, |poussée par mon désir,

au beau milieu des chars |des hommes de mon prince6.12 La traduction de ce verset est difficile. En adoptant un autre découpage et une autre vocalisation de certains mots hébreux que ceux du texte hébreu traditionnel, on obtient : mais je ne me reconnais plus ! Il m’intimide bien que je sois la fille de nobles gens (voir 7.2 où se retrouve la même expression, traduite : fille de prince).. »

La Parola è Vita

Este capítulo no está disponible momentáneamente. Por favor intente nuevamente luego.