La Bible du Semeur

2 Samuel 1

Le règne de David

David apprend la mort de Saül et de Jonathan

1Saül était déjà mort quand, après avoir battu les Amalécites, David rentra à Tsiqlag. Il y passa deux jours, et le troisième jour, un homme arriva du camp de Saül, les habits déchirés et la tête couverte de poussière en signe de deuil. Lorsqu’il fut arrivé auprès de David, il se jeta à terre pour se prosterner devant lui. David lui demanda: D’où viens-tu?

– Je me suis sauvé du camp d’Israël, dit-il.

(1 S 31.1-13; 1 Ch 10.1-12)

– Qu’est-il arrivé? poursuivit David, raconte-le-moi, je t’en prie.

– L’armée d’Israël s’est enfuie du champ de bataille, beaucoup d’hommes ont été tués. Même Saül et Jonathan son fils sont morts.

David demanda au jeune homme qui lui faisait ce rapport: Comment sais-tu que Saül et son fils Jonathan sont morts?

Le jeune homme lui dit: Je me trouvais justement sur le mont Guilboa; Saül était appuyé sur sa lance, tandis que les chars et les cavaliers allaient l’atteindre. S’étant retourné, il m’a aperçu et m’a appelé. J’ai répondu: «Oui, je viens!» Alors il m’a demandé: «Qui es-tu?» J’ai dit: «Je suis un Amalécite.» Alors il m’a ordonné: «Approche-toi et donne-moi la mort, car je suis pris d’un malaise bien que je sois encore plein de vie.» 10 Je me suis approché de lui et je lui ai donné un coup mortel parce que je savais qu’il ne survivrait pas à sa défaite. Puis j’ai enlevé la couronne de sa tête et le bracelet qu’il avait au bras. Les voici, je te les apporte, mon seigneur.

11 Alors David saisit ses vêtements et les déchira en signe de deuil, et tous ses hommes firent comme lui. 12 Ils prirent le deuil, se lamentèrent et jeûnèrent jusqu’au soir à cause de Saül, de son fils Jonathan et de toute l’armée de l’Eternel et du peuple d’Israël qui avaient péri par l’épée.

13 David dit encore au jeune homme qui lui avait apporté ces nouvelles: D’où es-tu?

– Je suis le fils d’un immigré amalécite.

14 Et David lui dit: Comment as-tu osé tuer de ta main celui à qui l’Eternel avait conféré l’onction?

15 Alors David appela l’un de ses hommes, et lui dit: Viens et tue-le!

Le soldat le frappa et il mourut.

16 David lui dit: Tu es toi-même responsable de ta mort, car tu as toi-même déposé contre toi lorsque tu as dit: «C’est moi qui ai mis à mort l’oint de l’Eternel.»

Elégie sur Saül et Jonathan

17 David composa cette complainte sur Saül et son fils Jonathan.

18 Il ordonna de l’enseigner aux descendants de Juda; c’est la complainte de l’Arc qui est consignée dans le livre du Juste[a].

19 Ton élite, Israël, a été transpercée là-bas sur tes collines.
Hélas, ils sont tombés tous les guerriers!
20 N’allez pas publier cette nouvelle à Gath,
et ne l’annoncez pas dans les rues d’Ashkelôn[b]:
les filles philistines se mettraient à chanter,
les filles des incirconcis en sauteraient de joie.
21 O monts de Guilboa,
qu’il n’y ait ni rosée ni pluie tombant sur vous,
qu’il n’y ait sur vos pentes plus de champs plantureux d’où viennent des offrandes,
là furent avilis les boucliers des braves
et celui de Saül
que l’on n’enduira plus jamais avec de l’huile[c].
22 Ah! l’arc de Jonathan ne reculait jamais
sans avoir fait couler le sang de ses victimes, sans avoir transpercé la graisse des guerriers,
et l’épée de Saül ne revenait jamais sans avoir accompli sa tâche avec succès.
23 Saül et Jonathan, aimés et estimés pendant toute leur vie,
n’ont pas été séparés dans leur mort.
Oui, vous étiez tous deux plus légers que les aigles
et plus forts que les lions.
24 O filles d’Israël, pleurez, pleurez Saül
qui vous a revêtues de pourpre et de parures et comblées de délices,
qui ornait vos habits
d’une parure d’or.
25 Hélas, ils sont tombés ces braves au milieu du combat!
Oui! Hélas, Jonathan! Il a été frappé à mort sur les collines!
26 Ah! Jonathan, mon frère,
je suis dans la détresse à cause de ta mort,
toi, mon meilleur ami, qui m’as été si cher!
Ton affection pour moi m’a été plus précieuse
que l’amour d’une femme!
27 Hélas, ils sont tombés tous ces guerriers!
Hélas, ils ont péri ces hommes de combat!

Notas al pie

  1. 1.18 Livre mentionné en Jos 10.13.
  2. 1.20 Gath et Ashkelôn étaient deux métropoles philistines, l’une la plus proche des frontières d’Israël, l’autre la plus éloignée. Elles représentent donc toute la Philistie.
  3. 1.21 Les boucliers, faits de cuir, étaient enduits d’huile, ce qui les entretenait et faisait glisser les flèches ennemies. Ces boucliers, souillés par le sang des braves, ne serviront jamais plus.

The Message

2 Samuel 1

11-2 Shortly after Saul died, David returned to Ziklag from his rout of the Amalekites. Three days later a man showed up unannounced from Saul’s army camp.

2-3 Disheveled and obviously in mourning, he fell to his knees in respect before David. David asked, “What brings you here?”

He answered, “I’ve just escaped from the camp of Israel.”

“So what happened?” said David. “What’s the news?”

He said, “The Israelites have fled the battlefield, leaving a lot of their dead comrades behind. And Saul and his son Jonathan are dead.”

David pressed the young soldier for details: “How do you know for sure that Saul and Jonathan are dead?”

6-8 “I just happened by Mount Gilboa and came on Saul, badly wounded and leaning on his spear, with enemy chariots and horsemen bearing down hard on him. He looked behind him, saw me, and called me to him. ‘Yes sir,’ I said, ‘at your service.’ He asked me who I was, and I told him, ‘I’m an Amalekite.’”

“Come here,” he said, “and put me out of my misery. I’m nearly dead already, but my life hangs on.”

10 “So I did what he asked—I killed him. I knew he wouldn’t last much longer anyway. I removed his royal headband and bracelet, and have brought them to my master. Here they are.”

11-12 In lament, David ripped his clothes to ribbons. All the men with him did the same. They wept and fasted the rest of the day, grieving the death of Saul and his son Jonathan, and also the army of God and the nation Israel, victims in a failed battle.

13 Then David spoke to the young soldier who had brought the report: “Who are you, anyway?”

“I’m from an immigrant family—an Amalekite.”

14-15 “Do you mean to say,” said David, “that you weren’t afraid to up and kill God’s anointed king?” Right then he ordered one of his soldiers, “Strike him dead!” The soldier struck him, and he died.

16 “You asked for it,” David told him. “You sealed your death sentence when you said you killed God’s anointed king.”

17-18 Then David sang this lament over Saul and his son Jonathan, and gave orders that everyone in Judah learn it by heart. Yes, it’s even inscribed in The Book of Jashar.

19-21 Oh, oh, Gazelles of Israel, struck down on your hills,
    the mighty warriors—fallen, fallen!
Don’t announce it in the city of Gath,
    don’t post the news in the streets of Ashkelon.
Don’t give those coarse Philistine girls
    one more excuse for a drunken party!
No more dew or rain for you, hills of Gilboa,
    and not a drop from springs and wells,
For there the warriors’ shields were dragged through the mud,
    Saul’s shield left there to rot.

22 Jonathan’s bow was bold—
    the bigger they were the harder they fell.
Saul’s sword was fearless—
    once out of the scabbard, nothing could stop it.

23 Saul and Jonathan—beloved, beautiful!
    Together in life, together in death.
Swifter than plummeting eagles,
    stronger than proud lions.

24-25 Women of Israel, weep for Saul.
    He dressed you in finest cottons and silks,
    spared no expense in making you elegant.
The mighty warriors—fallen, fallen
    in the middle of the fight!
    Jonathan—struck down on your hills!

26 O my dear brother Jonathan,
    I’m crushed by your death.
Your friendship was a miracle-wonder,
    love far exceeding anything I’ve known—
    or ever hope to know.

27 The mighty warriors—fallen, fallen.
    And the arms of war broken to bits.