La Bible du Semeur

1 Corinthiens 14

Le parler en langues et la prophétie

1Ainsi, recherchez avant tout l’amour; aspirez en outre aux manifestations de l’Esprit, et surtout à prophétiser.

Celui qui parle dans une langue inconnue s’adresse à Dieu et non aux hommes: personne ne comprend les paroles mystérieuses qu’il prononce sous l’inspiration de l’Esprit. Mais celui qui prophétise aide les autres à grandir dans la foi, les encourage et les réconforte. Celui qui parle dans une langue inconnue ne se fait du bien qu’à lui-même; mais celui qui prophétise permet à toute l’assemblée de grandir dans la foi. Je veux bien que vous sachiez tous parler dans des langues inconnues, mais je préférerais que vous prophétisiez. Celui qui prophétise est plus utile que celui qui s’exprime dans une langue inconnue – sauf si quelqu’un traduit ce dernier pour que l’Eglise puisse grandir dans la foi.

Supposez, frères et sœurs, que je vienne chez vous et que je m’exprime exclusivement dans ces langues inconnues, sans vous apporter aucune révélation, aucune connaissance nouvelle, aucune prophétie, aucun enseignement. Quel profit tireriez-vous de ma présence?

Voyez ce qui se passe pour des instruments de musique comme la flûte ou la harpe. Comment reconnaîtra-t-on la mélodie jouée sur l’un ou l’autre de ces instruments s’ils ne rendent pas de sons distincts? Et qui se préparera pour la bataille si le signal que donne la trompette n’est pas parfaitement clair? Il en va de même pour vous: comment saura-t-on ce que vous voulez dire si, en utilisant ces langues inconnues, vous ne prononcez que des paroles inintelligibles? Vous parlerez en l’air!

10 Il existe, dans le monde, un grand nombre de langues différentes, dont aucune n’est dépourvue de sens. 11 Mais si j’ignore le sens des mots utilisés par mon interlocuteur, je serai un étranger pour lui, et lui de même le sera pour moi.

12 Vous donc, puisque vous aspirez si ardemment aux manifestations de l’Esprit, recherchez avant tout à posséder en abondance celles qui contribuent à faire grandir l’Eglise dans la foi.

13 C’est pourquoi, celui qui parle en langues inconnues doit demander à Dieu de lui donner de traduire ce qu’il dit en langage compréhensible. 14 Car si je prie en langues inconnues, mon esprit est en prière, mais mon intelligence n’intervient pas[a].

15 Que ferai-je donc? Je prierai avec mon esprit[b], mais je prierai aussi avec mon intelligence. Je chanterai les louanges de Dieu avec mon esprit, mais je chanterai aussi avec mon intelligence. 16 Autrement, si tu remercies le Seigneur uniquement avec ton esprit, comment l’auditeur non averti, assis dans l’assemblée, pourra-t-il répondre «Amen» à ta prière de reconnaissance, puisqu’il ne comprend pas ce que tu dis? 17 Ta prière de reconnaissance a beau être sublime, l’autre ne grandit pas dans sa foi.

18 Je remercie Dieu de ce que je parle en langues inconnues plus que vous tous. 19 Cependant, lors des réunions de l’Eglise, je préfère dire seulement cinq paroles compréhensibles pour instruire aussi les autres, plutôt que dix mille mots dans une langue inconnue.

20 Frères et sœurs, ne soyez pas des enfants dans votre façon de juger des choses. Pour le mal, soyez des petits enfants, mais dans le domaine du jugement, montrez-vous adultes.

21 Il est dit dans l’Ecriture:

Je parlerai à ce peuple dans une langue étrangère par des lèvres d’étrangers,
et même alors, ils ne m’écouteront pas,
dit le Seigneur[c] .

22 Ainsi, les paroles en langues inconnues sont un signe de Dieu, non pour les croyants, mais ceux qui ne croient pas; les prophéties, elles, sont un signe, non pour les incroyants, mais pour ceux qui croient.

23 En effet, imaginez que l’Eglise se réunisse tout entière, et que tous parlent en des langues inconnues: si des personnes non averties ou des incroyants surviennent, ne diront-ils pas que vous avez perdu la raison? 24 Si, au contraire, tous prophétisent et qu’il entre un visiteur incroyant ou un homme quelconque, ne se trouvera-t-il pas repris par tous et exposé au jugement de tous? 25 Les secrets de son cœur seront mis à nu. Alors, il tombera sur sa face en adorant Dieu et s’écriera: «Certainement, Dieu est présent au milieu de vous.»

L’ordre dans le culte

26 Comment donc agir, frères et sœurs? Lorsque vous vous réunissez, l’un chantera un cantique, l’autre aura une parole d’enseignement, un autre une révélation; celui-ci s’exprimera dans une langue inconnue, celui-là en donnera l’interprétation; que tout cela serve à faire grandir l’Eglise dans la foi. 27 Si l’on parle dans des langues inconnues, que deux le fassent, ou tout au plus trois, et l’un après l’autre; et qu’il y ait quelqu’un pour traduire. 28 S’il n’y a pas d’interprète, qu’on se taise plutôt que de parler dans une langue inconnue dans l’assemblée, et qu’on se contente de parler à soi-même et à Dieu. 29 Quant à ceux qui prophétisent, que deux ou trois prennent la parole et que les autres jugent ce qu’ils disent: 30 si l’un des assistants reçoit une révélation pendant qu’un autre parle, celui qui a la parole doit se taire. 31 Ainsi vous pouvez tous prophétiser à tour de rôle afin que tous soient instruits et stimulés dans leur foi. 32 Car les prophètes restent maîtres d’eux-mêmes. 33 Dieu, en effet, n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix.

Comme dans toutes les Eglises des membres du peuple saint, 34 que les femmes gardent le silence dans les assemblées; car il ne leur est pas permis de parler[d]. Qu’elles sachent se tenir dans la soumission comme le recommande aussi la Loi. 35 Si elles veulent s’instruire sur quelque point, qu’elles interrogent leur mari à la maison. En effet, il est inconvenant pour une femme de parler dans une assemblée. 36 Car enfin, est-ce de chez vous que la Parole de Dieu est sortie? Est-ce chez vous seulement qu’elle est parvenue? 37 Si quelqu’un estime être un prophète ou pense bénéficier d’une manifestation spirituelle, il doit reconnaître, dans ce que je vous écris, un commandement du Seigneur. 38 Et si quelqu’un refuse de reconnaître cela, c’est la preuve qu’il n’a pas été lui-même reconnu par Dieu.

39 En résumé, mes frères et sœurs, recherchez ardemment à prophétiser et ne vous opposez pas à ce qu’on parle en des langues inconnues. 40 Mais veillez à ce que tout se passe convenablement et non dans le désordre.

Notas al pie

  1. 14.14 Autre traduction: mais mon intelligence ne porte aucun fruit pour les autres.
  2. 14.15 Autre traduction: par l’Esprit. De même dans la suite du verset et au verset 16.
  3. 14.21 Es 28.11-12 . Dans ce texte, Esaïe avertit les Israélites que, puisqu’ils ne veulent pas écouter la parole de Dieu qu’il leur annonce dans leur langue, Dieu va leur parler en une langue étrangère, celle des Assyriens qui envahiront leur pays et leur imposeront leur domination. L’apôtre en conclut que, lorsque Dieu parle une langue étrangère, c’est un signe de jugement. Le langage du salut est au contraire celui qui est compréhensible.
  4. 14.34 Certains pensent que Paul vise ici le bavardage et le fait de poser des questions de manière intempestive pendant que quelqu’un prophétise ou enseigne (cf. v. 27-28, 30). D’autres pensent que Paul demande aux femmes de s’abstenir de se prononcer lors de l’évaluation des prophéties (voir v. 29).

The Message

1 Corinthians 14

Prayer Language

11-3 Go after a life of love as if your life depended on it—because it does. Give yourselves to the gifts God gives you. Most of all, try to proclaim his truth. If you praise him in the private language of tongues, God understands you but no one else does, for you are sharing intimacies just between you and him. But when you proclaim his truth in everyday speech, you’re letting others in on the truth so that they can grow and be strong and experience his presence with you.

4-5 The one who prays using a private “prayer language” certainly gets a lot out of it, but proclaiming God’s truth to the church in its common language brings the whole church into growth and strength. I want all of you to develop intimacies with God in prayer, but please don’t stop with that. Go on and proclaim his clear truth to others. It’s more important that everyone have access to the knowledge and love of God in language everyone understands than that you go off and cultivate God’s presence in a mysterious prayer language—unless, of course, there is someone who can interpret what you are saying for the benefit of all.

6-8 Think, friends: If I come to you and all I do is pray privately to God in a way only he can understand, what are you going to get out of that? If I don’t address you plainly with some insight or truth or proclamation or teaching, what help am I to you? If musical instruments—flutes, say, or harps—aren’t played so that each note is distinct and in tune, how will anyone be able to catch the melody and enjoy the music? If the trumpet call can’t be distinguished, will anyone show up for the battle?

9-12 So if you speak in a way no one can understand, what’s the point of opening your mouth? There are many languages in the world and they all mean something to someone. But if I don’t understand the language, it’s not going to do me much good. It’s no different with you. Since you’re so eager to participate in what God is doing, why don’t you concentrate on doing what helps everyone in the church?

13-17 So, when you pray in your private prayer language, don’t hoard the experience for yourself. Pray for the insight and ability to bring others into that intimacy. If I pray in tongues, my spirit prays but my mind lies fallow, and all that intelligence is wasted. So what’s the solution? The answer is simple enough. Do both. I should be spiritually free and expressive as I pray, but I should also be thoughtful and mindful as I pray. I should sing with my spirit, and sing with my mind. If you give a blessing using your private prayer language, which no one else understands, how can some outsider who has just shown up and has no idea what’s going on know when to say “Amen”? Your blessing might be beautiful, but you have very effectively cut that person out of it.

18-19 I’m grateful to God for the gift of praying in tongues that he gives us for praising him, which leads to wonderful intimacies we enjoy with him. I enter into this as much or more than any of you. But when I’m in a church assembled for worship, I’d rather say five words that everyone can understand and learn from than say ten thousand that sound to others like gibberish.

20-25 To be perfectly frank, I’m getting exasperated with your infantile thinking. How long before you grow up and use your head—your adult head? It’s all right to have a childlike unfamiliarity with evil; a simple no is all that’s needed there. But there’s far more to saying yes to something. Only mature and well-exercised intelligence can save you from falling into gullibility. It’s written in Scripture that God said,

In strange tongues
    and from the mouths of strangers
I will preach to this people,
    but they’ll neither listen nor believe.

So where does it get you, all this speaking in tongues no one understands? It doesn’t help believers, and it only gives unbelievers something to gawk at. Plain truth-speaking, on the other hand, goes straight to the heart of believers and doesn’t get in the way of unbelievers. If you come together as a congregation and some unbelieving outsiders walk in on you as you’re all praying in tongues, unintelligible to each other and to them, won’t they assume you’ve taken leave of your senses and get out of there as fast as they can? But if some unbelieving outsiders walk in on a service where people are speaking out God’s truth, the plain words will bring them up against the truth and probe their hearts. Before you know it, they’re going to be on their faces before God, recognizing that God is among you.

26-33 So here’s what I want you to do. When you gather for worship, each one of you be prepared with something that will be useful for all: Sing a hymn, teach a lesson, tell a story, lead a prayer, provide an insight. If prayers are offered in tongues, two or three’s the limit, and then only if someone is present who can interpret what you’re saying. Otherwise, keep it between God and yourself. And no more than two or three speakers at a meeting, with the rest of you listening and taking it to heart. Take your turn, no one person taking over. Then each speaker gets a chance to say something special from God, and you all learn from each other. If you choose to speak, you’re also responsible for how and when you speak. When we worship the right way, God doesn’t stir us up into confusion; he brings us into harmony. This goes for all the churches—no exceptions.

34-36 Wives must not disrupt worship, talking when they should be listening, asking questions that could more appropriately be asked of their husbands at home. God’s Book of the law guides our manners and customs here. Wives have no license to use the time of worship for unwarranted speaking. Do you—both women and men—imagine that you’re a sacred oracle determining what’s right and wrong? Do you think everything revolves around you?

37-38 If any one of you thinks God has something for you to say or has inspired you to do something, pay close attention to what I have written. This is the way the Master wants it. If you won’t play by these rules, God can’t use you. Sorry.

39-40 Three things, then, to sum this up: When you speak forth God’s truth, speak your heart out. Don’t tell people how they should or shouldn’t pray when they’re praying in tongues that you don’t understand. Be courteous and considerate in everything.